L'essor de la musique_15

20 décembre 2019

Voltaire arrive à Londres en 1726, exilé du royaume de France par le régent, à une période où le royaume de la Grande Bretagne était une monarchie constitutionnelle gouvernée par un parlement. George I était le roi, mais il n’avait pas le pouvoir absolu (que Louis XIV avait consolidé au royaume de France dans une monarchie absolue de droite divine sous l’influence du cardinal Mazarin, successeur de Richelieu), un pouvoir que le régent essaye de faire prévaloir jusqu’à ce qu’il soit repris par Louis XV. Ce pouvoir était l’un des points de critique de Voltaire par rapport à la gouvernance par le régent.
Bien que son intérêt par l’écriture des poèmes et des tragédies lyriques en français continue à le faire vibrer chaque fois qu’il assiste aux réunions et présentations d’opéras organisées par l’Académie royale de musique de Londres, et qu’il publie son poème épique La Henriade, son intérêt dominant pendant son séjour à Londres est la maitrise de la langue anglaise dans le contexte de la philosophie politique et scientifique inspirée par John Lock et Isaac Newton (mathématicien, physicien, astronome et philosophe), décédé en 1727 et inhumé dans l’abbaye de Westminster à côté des rois d’Angleterre, traitement qui contraste avec celui des restes de Descartes en France.
En 1728, il est autorisé à rentrer à Paris. Louis XV est roi, et Voltaire agit de manière plus raffinée contre la monarchie, ce qui lui permet d’agir en liberté et d’administrer des richesses qu’il a acquises en reçues en héritage. En 1733, il assiste à la présentation de l’opéra Hippolyte et Aricie de Jean Philippe Rameau, œuvre qui l’impressionne par sa richesse musicale et s’intéresse à ses écrits de musique théorique. Durant la même année, il publie en anglais Letters Concerning the English Nation, œuvre qui rayonne dans les milieux intellectuels d’Europe et le lie d’amitié avec Frédéric II de Prusse. En 1744 (sous la commande de Louis XV et la marquise Pompadour), il écrit pour Rameau les livrets de tragédies musicales, dont Samson et le temple de la gloire, et, en 1746, il est élu à l’Académie française.

L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h, les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages