L’essor de la musique classique_17

Pendant que Montesquieu et Diderot contribuent au développement de la critique musicale, Jean Le Rond d’ Alembert, codirecteur de l’Encyclopédie contribue directement au développement des théories de la musique. Il naît à Paris en 1717 et fait ses études au collège janséniste des Quatre Nations dans lequel devient bachelier en Arts et lettres et avocat en 1739. Parallèlement à ses études des lettres, il fait des études en mathématique et en Physique dans les paradigmes de calcul infinitésimal et physique des ondes en établissant dans son Traite de dynamique en énonçant son théorème et son équation d’ondes fondée sur les théories de Newton et Leibniz.
D’Alembert est membre de l’Académie de sciences de Paris, de l’Académie royale des sciences de Prusse et de l’Académie Royale de Londres, il applique ses connaissances mathématiques et physiques à la théorie musicale de Jean Philippe Rameau sur l’importance des corps résonants et des accords parfaits majeurs et mineurs dans l’harmonie musicale. Au même temps il analyse mathématiquement la physique ondulatoire des cordes musicales (éléments principaux des instruments des cordes dont la hauteur de leur vibration dépendent des matériaux qui le composent, de son épaisseur et longueur entre un chevalet et la table d’harmonie, et les matériaux de la caisse de résonance) et la consonance et la dissonance des intervalles musicaux. En 1752 écrit son livre Éléments de musique théorique et pratique suivant les principes de M. Rameau dans lequel fait un étude sur l’œuvre de ce compositeur et théoricien de la musique de Baroque français. Il s’aligne avec lui de la Querelle des bouffons.
La Querelle des bouffons est un débat entre des philosophes et théoriciens de la musique écrite parisienne. Il est représenté par Jean Jacques Rousseau (philosophe et compositeur musical du Siècle de Lumières) par un côté et Jean Philippe Rameau au côté opposé). Le sujet de la controverse est la beauté lyrique de la langue italienne comparativement à la langue française et leur utilisation dans les opéras et drames lyriques présentées à l’Académie française. Ce n’était pas nouveau que des querelles sur le sujet c’était développé à Paris en rapport aux représentations italiens dans l’Académie française, déjà c’était produit dans la gouvernance de Louis XIV et lorsque Rameau avait présenté son opéra en 1734 en mettant comme critère principal le nationalisme français, mais la Querelle des bouffons met sur la balance la langue française et la langue italienne sous le critère de beauté lyrique.

L'auteur anime Trésor de la musique classique à 21h, les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com. 

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561