L'essor de la musique classique_12

L’opéra Hippolyte et Aricie, présenté en première à l’Académie française en octobre 1733, ayant comme maitres d’œuvre Jean Philippe Rameau (musique) et Simon Joseph Pellerin (livret), reçoit l’admiration de l’audience par la beauté musicale et lyrique et est considéré comme la meilleure œuvre française de la fin du baroque.


Jean Philipe Rameau le compose depuis ses débuts à titre de directeur de l’orchestre, soutenu par de La Popelinière, et de membres de l’Académie de musique de Paris. À la fin de sa composition, il contacte Simon–Joseph Pellerin (surnommé abbé pour son appartenance à l’ordre religieux de Cluny), qui compose et enseigne la poésie et le drame à la Maison royale de Saint-Louis (pensionnat pour filles créé par Louis XIV) et écrit des livrets pour les théâtres des foires de Paris. Il est lauréat de l’Académie française en 1704. Lorsqu’il reçoit la proposition d’écrire le livret pour l’œuvre de Rameau, il accepte, plein d’enthousiasme. En lisant la partition de l’œuvre, il décide de s’inspirer du Phèdre de Jean Racine et produit l’un des plus beaux poèmes de la tradition du drame baroque.


La première de cet opéra soulève un tonnerre d’applaudissements de la part de l’audience fascinée par la beauté et la complexité savante de la musique et la splendeur lyrique. Néanmoins, elle est critiquée par le gratin de Versailles (formée par les leadeurs des académies des arts et des sciences depuis Louis XIV), qui suivait la progression de la tragédie lyrique, genre musical qui est jusque-là caractérisé par la mise en valeur d’un style d’opéra français en contraposition à l’opéra italien. Ce mouvement se différencie dans les principaux mouvements à l’intérieur de l’opéra, mais il est le château fort de la langue française dans son expression lyrique. Il est structuré lors de la formation de la comédie française en 1680 et propulsé par les œuvres de Pierre Corneille et de Jean Racine (en dialectique avec les œuvres de Molière). Ces œuvres trouvent leurs agents polarisateurs dans la musique classique : André Campra, Marc Antoine Charpentier et Jean Baptiste Lulli.


Jean Philippe Rameau défend bien son choix d’adopter un style italien, mais il recadre ses compositions dans l’idéologie de la tragédie lyrique et compose une autre œuvre qui montre son savoir-faire, Les Indes galantes, comportant un prologue et quatre entrées dans lesquelles son représentées des scènes romantiques de la Turquie, du Pérou, de la Perse et de l’Amérique du Nord.


L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h,
les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561