L'envol de la musique classique dans le romantisme_8

26 février 2021

 Lorsque Niccolo Paganini décide de laisser la cour française de la princesse Élisa Bonaparte, devenue Grande-duchesse de Toscane, il s’installe en Florence et entame une tournée dans le nord de la péninsule italienne entre Gênes, Parme et Milan, où se trouve le théâtre de la Scala.

C’est à ce théâtre, qui rayonne sur les grandes salles de concert d’Europe, que Paganini fait la rencontre d’Alessandro Rolla son premier maitre, celui auprès duquel son père l’avait conduit à Parme quand il avait 14 ans. Rolla était le premier violon de l’orchestre de la Scala et avait le rôle de directeur de l’orchestre. Il offre à Paganini l’occasion de se produire dans des spectacles, soit comme premier violon lorsqu’il présente ses propres compositions ou comme membre de l’orchestre lors de ses représentations publiques.

 

C’est dans ce théâtre, en 1813, que son prestige de grand violoniste s’établit, illuminant le ciel de la musique classique européenne avec ses variations sur Le Noyer de Bénévent, un thème de ballet composé par Franz Xaver Süßmayr. Le ballet, chorégraphié par Salvatore Vigano, raconte un rite selon lequel des sorcières se réunissent et dansent, au sabbat, autour d’un noyer dont les fruits et les noix sont aphrodisiaques.

 

Niccolo Paganini reprend le morceau qui accompagne les danses des sorcières et y introduit des variations dans lesquelles il fait montre de sa grande dextérité en jouant sur son violon Guarneri — dont l’archet est plus long que la norme — des mouvements difficiles à reproduire dans son ensemble (démanchés, double cordes, glissandos, pizzicatos, trilles et trémolos) mobilisés par la rapidité de ses changements d’échelles. Le thème connu sous nom de Le streghe (les sorcières) plonge l’auditoire en complet silence transi d’écoute et d’admiration qui explose en catharsis d’applaudissements. Son prestige se répand alors en force dans la péninsule italienne et en Europe. Plusieurs théâtres et cours réclament ses performances. Il quitte donc Milan en 1816 en direction du sud, à Rome.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561