L'envol de la musique classique dans le romantisme_43

10 novembre 2021

 Conséquemment à l’exclusion de Franz Liszt de l’École royale de musique et de déclamation de Paris en 1823, son père décide de lui enseigner lui-même et de le promouvoir dans des salons littéraires qui réunissent à Paris des élites intellectuelles. Au même moment, il étudie et maitrise la langue française. Une année plus tard, en mars 1824, Franz présente avec un grand succès son premier concert au Théâtre italien de Paris et son prestige comme enfant prodige (il avait 13 ans) rayonne dans l’auditoire et chez les artistes parisiens.

Cela lui permet de rencontrer Antoine Rejcha, compositeur et professeur à l’École royale de musique et de déclamation, qui devient son tuteur dans la maitrise de différentes méthodes d’écriture musicale, dont il est un des experts en Europe. Ferdinando Paer, compositeur d’opéras et directeur du Théâtre italien à Paris, lui apprend conjointement des techniques d’orchestration pour opéra. Liszt va donc composer son seul opéra : Sanche ou le château de l’amour et le présenter en 1825 au théâtre Peletier. Deux années plus tard, son père décède et laisse un vide dans la vie de Franz.

Pendant les trois années suivantes, il prend un recul de la composition musicale et entre dans un état mental qui le pousse à développer une dimension spirituelle et religieuse catholique. Il devient professeur de piano alors qu’il se familiarise avec les mouvements littéraires et philosophiques de son époque ; il assiste aux réunions dans des salons littéraires de Paris. Il y rencontre August Compte et Honoré de Balzac, membres du mouvement intellectuel du Saint-Simonisme. Mouvement fondé par Claude-Henri de Rouvroy de Saint-Simon qui, parmi ses postulats, soutient que l’évolution sociopolitique du nouveau régime devrait se structurer en changeant les principales idées directrices de l’ancien régime fondées sur la théologie et la gouvernance aristocratique de sang ; une forte poussée vers une pense positive, industrielle et morale dans laquelle la gouvernance devrait être faite par des aristocraties fondées sur des élites intellectuelles.

En décembre 1830, Liszt rencontre Hector Berlioz. Ce dernier va fortement influencer Liszt sur un renouvèlement de sa composition musicale, avec la première de la Symphonie fantastique. Cette symphonie de Berlioz est considérée comme l’un des piliers fondamentaux du romantisme.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561