L'envol de la musique classique dans le romantisme_1

C’est des monastères bénédictins de la période médiévale que la musique classique occidentale prend son envol. C’est dans ces lieux que la musique vocale commence à être structurée dans des monodies écrites, consignées grâce au système de notation élaboré par Guido d’Arezzo. Le chant grégorien en est le principal genre musical et son principal pôle de création. Ce n’est que vers la fin de la période médiévale que ce système s’est progressivement complexifié avec les systèmes d’écriture polyphonique qui soutient les chants dans les grandes cathédrales, notamment la cathédrale de Notre Dame de Paris. Dans la Ville lumière, l’université de la Sorbonne rayonne avec sa théorie musicale qui donne naissance aux Ars antiqua et Ars nova. Ces écoles élaborent et appliquent des théories sophistiquées d’écriture polyphonique dont l’école franco-flamande est le principal récipiendaire. La lyre et l’orgue sont les instruments principaux qui accompagnent les chorales.

À la Renaissance, les compositions polyphoniques se complexifient et leur plus important architecte, Giovanni Pierluigi Palestrina, compose des œuvres pour plus de douze voix. Cette extravagance fera naitre la contestation de la Camerata florentine qui se prononce contre ces architectures vocales complexes qui nuisent à la compréhension de la parole. La réplique préfigurera le développement de l’opéra dont Claude Monteverdi est le compositeur lumière. Durant cette période, l’essor de la musique classique sort des monastères et se développe dans des cours royales et des palais aristocratiques dans lesquels des mécènes soutiennent des compositeurs. C’est dans ce contexte qu’émerge la période classique de l’histoire de la musique écrite (dite musique savante) en relation directe avec les courants philosophiques de l’humanisme et du rationalisme des philosophes des Lumières. Arcangelo Corelli, Alessandro Scarlatti, Antonio Vivaldi, Johan Sébastian Bach et Georg Phillip Telemann sont parmi les compositeurs des Lumières.

L’envol de la musique classique entre dans la période historique du romantisme avec les dernières compositions de Carl Philip Emanuel Bach, Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart et Ludwig Van Beethoven qui sont tributaires des structurations théoriques de la musique de l’école de Mannheim et du mouvement intellectuel Sturm und Drang qui cristallisent les idées philosophiques de la liberté et de l’importance subjective et émotionnelle de l’être humain. Les formes de la symphonie, des orchestres de chambre et des concertos sont mis en premier plan, et le pianoforte s’impose comme le maitre des instruments.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561