Portrait de Ténoises : L’emploi de ses rêves

28 février 2019
La nouvelle agente de développement culturel de l’Association franco-culturelle de Hay River, Mila Benoit. (Crédit photo : Denis Lord)

La nouvelle agente de développement culturel de l’Association franco-culturelle de Hay River, Mila Benoit. (Crédit photo : Denis Lord)

À Hay River, Mila Benoit œuvre à mettre en place une programmation francophone régulière.

Depuis presque un mois, l’Association franco-culturelle de Hay River (AFCHR) bénéficie d’un nouvel agent de développement communautaire, Mila Benoit.


« Mon premier mandat, explique la jeune femme, est de ramener nos membres avec une programmation régulière. » Parmi les activités qu’elle anticipe organiser : sport, cuisine, cours de français ou de photos, activités pour le mieux-être de la communauté, etc.


Mila souhaite augmenter le nombre de membres de l’AFCHR, mais aussi rallier les francophones et francophiles de Fort Smith, qui sont appelés à adhérer à une future AFCHR à vocation régionale. Originellement dans le cadre du projet Porte-étendard, elle devait organiser des activités à Fort Smith dans le cadre du mois de la Francophonie, mais le dossier a été transféré à la Fédération franco-ténoise (FFT).


Les tâches de Mila Benoit sont aussi de développer des partenariats avec d’autres organismes et institutions et d’alimenter les caisses de l’AFCHR.

Un emploi fait pour elle !
C’est sur le babillard de l’Université Laval (Québec), où elle fait des études en administration – spécialité gestion et développement durable – que Mila a pris connaissance de l’offre d’emploi à l’AFCHR.


« Je n’avais aucune idée d’où était Hay River, concède Mila. Mais la description du poste me correspondait parfaitement. J’avais envie d’aller dans le Nord et de travailler dans le développement de la communauté et avec une minorité. »


L’annonce, transmise à l’Université Laval par le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest, correspondait aux valeurs et aux objectifs de l’étudiante originaire de la région de Drummondville, au Québec.
Mila a fait de la recherche sur Hay River.


« La première image que j’ai vue sur Internet, c’était des aurores boréales. Je me suis dit : “Il faut que j’aie ce travail !” Avec les 11 langues, c’est vraiment un noyau intéressant. »


Mila terminera donc son baccalauréat à distance tout en accomplissant son travail.

Passetemps
Côté loisirs, elle est une fervente de plein air, de camping et de randonnée. Elle ambitionne de courir un jour un marathon, mais pour l’instant, elle en est encore à l’étape de s’acclimater à la température hivernale des TNO, qui refroidit ses ardeurs.


En outre, Mila Benoit aime les relations humaines, découvrir d’autres cultures.


« J’aime beaucoup voyager, confie-t-elle, ça permet de remettre nos valeurs en question. »


À 18 ans, elle est partie avec son sac à dos en Europe, elle a ensuite fait du travail humanitaire en Amérique du Sud et a exploré le Québec.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages