L'éditorial du 13 mars 2020

D’un bout à l’autre du monde, à -30 °C comme à 40 °C, le 8 mars marque pour une nouvelle année la Journée internationale des droits des femmes. Certains la célèbre par convictions, d’autres, au contraire, refusent de l’honorer pour des opinions, tout autant féministes. On se dit, « pourquoi donc nous consacrer une seule toute petite journée ? Et le reste de l’année alors ? » La question se pose et reste souvent en suspens.
En est-il de même pour L’Aquilon ? Un joli maquillage pour déguiser, le temps d’un mois, des pages habituellement parfumées à la testostérone ? Non, la réponse est définitivement non.
Offrir un éditorial à une femme dans les pages de l’hebdomadaire pour quatre numéros, ce n’est pas lui donner la permission de pouvoir enfin ouvrir la bouche, ni de lui couper le sifflet une fois son laïus féministe poussé. Simplement, montrer que les femmes sont là, produisent, construisent, militent, gouvernent…
À contrario, si nous mettons en lumière pendant quatre semaines les contributions des femmes dans la communauté francophone, autochtone, et plus vastement, dans les Territoires, ce n’est pas pour écarter ou nier l’implication essentielle des hommes.
L’Aquilone tend vers l’égalité, vers la solidarité entre tous. Non pas de créer un entre-soi. Au fil des pages, les barbes, les pommes d’Adam n’ont pas été gommées. Et le retour à L’Aquilon en avril ne renverra pas au placard les « bonnes femmes » pour les 11 mois restants.
L’Aquilon s’adresse aux êtres humains, le tout sur un pied d’égalité. Un équilibre encore fragile qui, à la moindre brise, pourrait rompre sous le poids de conservateurs toujours réfractaires au changement. Il faut donc rester alerte, continuer le combat et ouvrir un passage vers un avenir où égalité sera normalité.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages