Centre communautaire : L’avenir en construction

Test 6

Devant le peu d’enthousiasme face à la présentation de ce à quoi pourrait ressembler le centre communautaire franco-ténois, la directrice générale de la Fédération franco-ténoise (FFT), Linda Bussey, a décidé de tenir de nouvelles consultations avec la communauté.
Suite au dévoilement des couts exorbitants d’opération, le projet initial d’une quarantaine de millions de dollars, où les utopies de la communauté avaient libre cours, s’est vu considérablement réduit pour ne conserver que l’économiquement viable, soit, essentiellement, les bureaux des organismes de la communauté avec en tête de liste : la FFT, la Commission scolaire francophone des TNO, le CDÉTNO, le centre de carrières et le centre de services intégrés, et les médias francophones.

Répondre aux attentes
Face aux visages sans sourire et aux nombreux questionnements et commentaires des gens présents à la dernière rencontre, Linda Bussey a réalisé que le produit proposé ne satisfaisait pas les attentes et qu’il est en fait prématuré, après seulement une consultation avec la communauté, de présenter un produit final. Mme Bussey affirme de plus que certains éléments du projet initial qui avaient été évacués vont être considérés de nouveau.
« Il y en aura probablement plus d’une [consultation], de commenter la directrice de la fédération. Dans le plan d’affaires qui sera soumis avec les dessins de Stantec, il y avait plusieurs autres options. Je pense qu’on doit, en tant qu’organisme, s’assoir avec la communauté et regarder toutes les options [qui avaient été présentées] », d’affirmer Mme Bussey. Selon elle, une option était de ne rien faire. Une autre, de vendre la maison bleue et de déménager dans un immeuble qui pourrait accueillir tout le monde, et où chacun paye son loyer. « [Pour cela], il faudrait trouver un édifice avec un bel espace communautaire, si on veut [présenter une demande de subvention] à Espace culturel (un programme de Patrimoine canadien), ça prend un espace culturel ».

Espace culturel
Linda Bussey estime que la communauté voudrait une salle multifonctionnelle plus fonctionnelle, plus grande ou plus appropriée pour des spectacles. Pour la prochaine consultation, la directrice mise sur quelqu’un de neutre pour animer la rencontre. Quelqu’un n’étant pas rattaché à la FFT ou à un autre organisme impliqué, ce qui pourrait conférer plus de crédibilité au processus. De plus, la Mme Bussey dit vouloir trouver d’autres moyens de prendre le pouls de la communauté, comme un sondage, entre autres. Finalement, le comité consultatif prendra encore le mois d’avril et le mois de mai avant de présenter la demande à Espace culturel, afin de déposer un projet qui soit en concordance avec les vues et les désirs de la communauté.
Linda Bussey affirme que la communauté doit aussi se responsabiliser et pense que c’est probablement la dernière chance de la communauté franco-ténoise d’obtenir du financement pour ce projet d’envergure. Elle rappelle que c’est la quatrième fois qu’une étude de faisabilité pour un centre communautaire à Yellowknife est effectuée. « C’est peut-être la dernière et qu’il est dans l’intérêt de tous de s’impliquer dans le processus en cours », dit-elle.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages