20e AGA de l’AFCHR : L’Asso intègre Fort Smith

21 novembre 2019
Mila Benoit (à l’avant-plan) a dirigé avec Édith Vachon-Raymond une consultation sur l’avenir de l’AFCHR. (Courtoisie AFCHR)

Mila Benoit (à l’avant-plan) a dirigé avec Édith Vachon-Raymond une consultation sur l’avenir de l’AFCHR. (Courtoisie AFCHR)

 

Plusieurs démarches sont en cours pour dynamiser la francophonie au sud du Grand lac des Esclaves.

 

La nouvelle vocation régionale de l’Association franco-culturelle de Hay River s’est concrétisée le 15 novembre alors que quatre citoyens de Fort Smith en sont devenus membres, une première pour l’organisme qui tenait sa 20e assemblée générale annuelle (AGA).


L’Association franco-culturelle de Hay River (AFCHR) a apporté des révisions majeures à ses statuts et règlements dans cette optique d’agrandissement et pour se mettre à jour. Aucun changement n’avait été apporté depuis l’incorporation en 1999.


La proposition initiale de modification des statuts pour l’adhésion visait le Slave Sud, mais suite à la suggestion de l’assistance, on y a ajouté le Dehcho, afin de pouvoir inclure Fort Providence.
Un ajustement a aussi été apporté pour que les personnes de ces régions puissent siéger au conseil d’administration, ce qui sera en vigueur à partir de l’assemblée générale annuelle de 2020.
L’adhésion à l’AFCHR est désormais ouverte à tout adulte « démontrant un intérêt pour la langue et la culture francophones ».


La présidente de l’AFCHR, Soraya Ellert, parle de « gros changements, d’une étape décisive ».
« Je trouve que c’est positif, dit-elle. On va voir les réactions de l’autre bord du lac [lire la Fédération franco-ténoise]. »
Parmi les autres modifications des statuts et règlements, le changement d’adresse du siège social, la nécessité de prendre rendez-vous pour consulter les états financiers et une représentation de la jeunesse.

Le nouveau conseil
Plus d’une vingtaine de personnes ont assisté à l’AGA, qui avait lieu à l’école Boréale sous la présidence de Richard Létourneau. L’AFCHR a remboursé le déplacement des gens de Fort Smith.
Les membres ont élu au conseil d’administration Sarah Poitras, Simon Lepage, Olivier Chichery et Christine Sivret. Cette dernière avait été admise au conseil d’administration (CA) à titre d’observatrice de Fort Smith en 2018, mais est désormais résidente de Hay River. Son poste initial est désormais occupé par Marie-Pier Garant.
Leurs fonctions au sein du CA seront déterminées lors de sa prochaine réunion.
Le poste de président étant un mandat de deux ans, il ne sera théoriquement en jeu que l’an prochain.
Mme Ellert avait des craintes que tous les postes ne soient pas pourvus, mais il y a eu sept candidatures; des personnes se sont désistées quand elles ont vu que tous les postes seraient occupés, de sorte qu’il n’y a pas eu d’élections.


« L’Association s’est rajeunie », s’est réjouie Mme Ellert.
La directrice générale de la Fédération franco-ténoise (FFT), Linda Bussey, a assisté à une bonne partie de l’assemblée par vidéoconférence. Elle s’est dite impressionnée par le nombre de candidatures.
« C’est un bon signe de vitalité », a-t-elle affirmé.

Un bilan des activités
Lors de l’assemblée, la présidente a fait un bilan des activités de l’année précédente.
« Les cours de français pour débutants ont été un succès avec 10 inscriptions lors de la 2e session », a souligné Mme Ellert.
Le camp d’été de 2018 a eu lieu sans le financement de Jeunesse Canada au travail, mais a pu néanmoins avoir lieu grâce à « l’implication de jeunes femmes de la communauté ». Le financement est revenu l’été suivant.
Si les ateliers de bricolage n’ont pas joui de la popularité anticipée, le projet de thérapie par l’art, lui, a même reçu l’aval de gens généralement peu favorables à la communauté francophone, a souligné la présidente, et des amitiés y sont nées.
La communauté francophone de Hay River bénéficie d’une équipe de curling comprenant notamment Sheilany Bouchard et Étienne Brière. Ce dernier a également créé un pool de hockey.
L’année 2018-2019 s’est soldée avec un déficit de 15 500 $, attribuable à l’absence de financement de Jeunesse Canada au travail.
« Cette année, ça ne se compare même pas », a rassuré Soraya Ellert, ajoutant que la garderie allait très bien.

Travaux d’expansion
L’assemblée générale annuelle de l’AFCHR a été suivie par une plénière sur la planification stratégique de l’organisme pour les cinq prochaines années, avec l’agente de développement Édith Vachon-Raymond et Mila Benoit, chargée des activités à Fort Smith en l’absence de ressources locales.
« Il y a eu une très belle participation des membres », commente Mila Benoit.
« La plénière a été une activité engageante et nos membres ont participé généreusement à l’exercice malgré l’heure tardive, corrobore Édith Vachon-Raymond. […] L’engouement de nos participants et la formule de l’activité nous donnent l’heure juste sur le meilleur moyen de s’adresser à nos membres. […] Ça a aussi été l’occasion pour les observateurs de Fort Smith de prendre le pouls sur la réalité de notre communauté. » Selon Mme Ellert, la planification stratégique devrait être rendue publique d’ici le 31 mars.
À Fort Smith début décembre, une activité aura lieu pour les francophones et les francophiles. La date sera confirmée ultérieurement.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561