S'abonner à Médias Ténois

Commission scolaire francophone : L’Après-école se poursuivra

24 janvier 2003
0 Commentaire(s)
Abonnement
L’ébauche du protocole d’entente a été présentée aux commissaires lors de leur réunion publique du 15 janvier dernier. Les problèmes d’espaces disponibles à l’École Allain St-Cyr avaient fait surgir plusieurs questions, au cours des derniers mois, sur la capacité de l’école de fournir des locaux au programme d’après-école, d’autant plus que des activités parascolaires seront aussi offertes à l’école très prochainement.

Pour l’instant, la garderie, qui gère le service d’après-école, pourra offrir le programme à la Rotonde quelques jours par semaine. Pour le reste de la semaine, d’autres espaces seront mis à la disposition des enfants qui profitent du service. « Il faudra aussi que l’on s’entende au niveau des vacances d’été et du printemps, ainsi que pour les journées pédagogiques », de faire savoir Sylvie Hayotte, présidente de la garderie Plein-Soleil.

Mis à part quelques interrogations sur certains points spécifiques, cette dernière voit le projet déposé devant les commissaires d’un bon œil. « C’est ce qui devait se faire. Quand l’école a été construite, le gouvernement avait demandé à ce que la garderie soit avec l’école. En fait, il n’y a rien de vraiment nouveau, si ce n’est le fait que l’on met finalement les éléments de l’entente sur papier », dit-elle.

Les commissaires ont aussi demandé à ce que l’on vérifie les politiques en vigueur quant aux assurances et au départage des responsabilités qui ont cours lorsqu’un autre organisme utilise les locaux de l’école. « Si la garderie, la ville, ou la communauté utilise les locaux de l’école, qui paie les assurances, l’électricité ou les bris ? Qui est responsable du nettoyage après l’activité ?», s’est demandé Christian Bergeron.

Pour régler le problème du manque d’espace d’ici l’agrandissement de l’école, le directeur général de la commission scolaire, Gérard Lavigne, a mentionné qu’on étudiait présentement la possibilité d’utiliser des portatives. « C’est sûr qu’il faut faire quelque chose pour septembre prochain. D’autres ententes du même type seront nécessaires avec d’autres organismes », d’ajouter le président de la CSFD, Jean-François Pitre. Lors de la réunion, on a mentionné que l’agrandissement de l’école ne se fera pas avant l’année 2006.

APFY

La présidente de l’Association des parents francophones de Yellowknife, Yvonne Careen, a profité de la réunion du 15 janvier pour faire une présentation sur la situation qui prévaut au sein de l’organisme, depuis que le dossier de la division est sur la table à dessin du comité de politique et de promotion.

Dans son allocution, Mme Careen a mentionné les différents objectifs qui seront poursuivis par le Comité politique et promotionnel. Ces points comprennent différentes représentations en faveur de la construction d’un gymnase à l’école Allain St-Cyr et de l’agrandissement de l’école, l’offre d’un programme scolaire se rendant jusqu’à la 12e année, l’agrandissement de la garderie, la croissance des inscriptions à l’école, la formation et le soutien aux parents, l’intégration des partenaires anglophones des familles exogames et la sensibilisation des parents quant aux élections scolaires.

Pour Jean-François Pitre, plusieurs de ces points relèvent de la responsabilité de la commission scolaire. « Si vous voulez faire ça en partenariat avec nous, il n’y a pas de problème, mais si vous voulez le faire à notre place, il y a un problème », a-t-il mentionné. Quant à la commissaire Suzette Montreuil, elle a fait part de ses craintes quant à la possibilité que « la main gauche ne sache pas ce que fait la main droite », ce qui pourrait tourner à l’avantage des paliers gouvernementaux concernés.

« Vous devez déterminer si vous avez le mandat et l’appui des parents pour procéder à la division de l’APFY », de mentionner Christian Bergeron, qui a répété sa conviction en faveur d’un « conseil fort et uni ». « Ensuite, si vous avez besoin de quelque chose, vous pourrez aller voir la commission scolaire », d’ajouter le commissaire qui croit que c’est à la CSFD de jouer un rôle à saveur politique.

Serge Pelletier, un parent qui assistait à la réunion, a fait connaître ses préoccupations face à un éventuel agenda caché du comité de politique et de promotion, ce à quoi Mme Careen a répondu qu’il s’agissait en fait de répondre à la question à savoir si l’APFY devait représenter tous les parents ayant-droit de Yellowknife ou seulement ceux dont les enfants fréquentent l’école Allain St-Cyr.

11e année

Au cours des prochaines semaines, la commission scolaire étudiera la possibilité d’offrir le programme de 11e année aux élèves qui fréquentent la 10e année cette année. M. Lavigne a mentionné qu’une rencontre entre les autorités scolaires et les parents et élèves de 10e année se tiendrait prochainement. On profitera aussi de l’occasion pour procéder à l’évaluation de la collaboration existante avec l’école Sir John Franklin.