L’Allonge de Folk On The Rocks 2021

La lumière du soleil couchant envahi le beer garden du festival le vendredi soir. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

La lumière du soleil couchant envahi le beer garden du festival le vendredi soir. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Comme à l’habitude, Médias ténois fait une couverture spéciale pour le festival Folk On The Rocks. Les lecteurs de L’Aquilon ont pu profiter la semaine passée d’un feuillet hors-série sur les 40 ans du festival. Pour Radio Taïga, la tradition veut que l’équipe de Médias ténois fasse L’Allonge, une émission en direct du site de Folk On The Rocks, et cette année n’a pas fait exception.

Le samedi 17 juillet se tenait cet évènement radiophonique très attendu d’un côté ou de l’autre du micro. Plusieurs artistes ont accordé des entrevues à José Audet et Thomas Chabot qui assuraient l’animation, de même que plusieurs membres de l’organisation de Folk On The Rocks.

La directrice exécutive et artistique du festival, Carly McFadden, a débuté le bal avec un mot d’ouverture pour L’Allonge. Elle en a profité pour parler du caractère unique de cette 40e édition qui survient en contexte pandémique, « nous sommes très fiers d’avoir autant d’artistes locaux et nordiques cette année, en fait c’est comme ça que le festival a débuté il y a 40 ans, avec, uniquement, des gens du coin », explique-t-elle.

Le directeur général de Médias ténois, Maxence Jaillet, et le directeur de la programmation de Médias ténois, Nicolas Servel, ont tous deux rejoint la table d’animation peu après pour partager leurs expériences et souvenirs des dernières éditions.

« Pour Radio Taïga et L’Aquilon, ça a toujours été de pouvoir participer, de faire partie de la fête et de la rapporter… Et des fois, tu te retrouves dans des endroits privilégiés, car on a certains accès et j’ai beaucoup aimé les partys où tu crées une connivence avec certains artistes », dit Maxence Jaillet.

Nancy McNeil du Safety Squad, l’équipe de sécurité du festival, a par la suite pris le micro de L’Allonge pour donner quelques conseils aux festivaliers, afin que tout le monde puisse avoir du plaisir de manière sécuritaire et respectueuse, « dans un festival comme Folk On The Rocks, ça prend des membres de la communauté qui prennent soin les uns des autres, afin d’assurer la sureté de tous les festivaliers ».

L’élément central de L’Allonge reste cependant les artistes invités lors de l’émission en direct et cette année la programmation était encore une fois bien chargée. Sur les ondes sont passés : Jay Gilday, Lana Gilday, Miranda Currie, Flora and the Fireweeds, Lucy Niles de Partner, Celeigh Cardinal, Grace Clark et Abe Drennan.

Jay et Lana Gilday ont d’ailleurs accordé une entrevue conjointe où M. Gilday s’est remémoré certains souvenirs de jeunesse. Lui qui a mis les pieds pour la première fois sur la scène de Folk On The Rocks avant de mettre les pieds dans une école secondaire. « Je pense que mon père nous a envoyés sur scène, ma sœur Leela et moi, quand j’avais six ans et qu’elle en avait huit, mais ensuite ça a pris du temps avant que j’y retourne pour faire mon propre spectacle », poursuit Jay Gilday.

Si les opposés s’attirent, dans ce cas-ci l’histoire musicale des deux familles semble se ressembler. Lana Gilday vient, elle aussi, d’un milieu de musiciens, son père était musicien de même que ses sœurs et son frère.

Du côté de Grace Clark, elle a été « élevée » par Folk On The Rocks. « J’ai grandi à Yellowknife, avec ma famille nous allions toujours à Folk On The Rocks durant l’été, c’est l’une de nos traditions. Justement, c’est lors du festival que j’ai commencé à jouer », ajoute-t-elle. Dans la même branche que la famille Gilday, Grace Clark a mis les pieds sur la scène du plus gros évènement estival aux Territoires du Nord-Ouest à seulement 14 ans.

Hazel Mifflin et Alice Winkler, deux journalistes en herbe, ont quant à elles assuré la couverture mobile de L’Allonge, accompagnées de Thomas Ethier, journaliste pour Médias ténois. À deux reprises lors de l’émission, elles sont venues partager les entrevues qu’elles ont faites avec des artistes rencontrés sur le site du festival.

Brie O’Keefe, Mallorie Mallone et Eva Paul du groupe Flora and the Fireweeds ont non seulement accordé une entrevue, mais ont aussi offert une performance en direct aux auditeurs et aux festivaliers qui s’étaient rassemblés devant le kiosque de L’Allonge.

Pour Miranda Currie, ce qu’elle attendait plus que tout, c’était de jouer devant un public, « juste de voir le visage des gens et leurs réactions, les voir danser sur la musique, mimer les paroles, c’est fantastique ».

L’une des nouveautés de cette édition 2021 de Folk On The Rocks est le projet collaboratif réalisé en quarantaine par Cartel Madras, Partner et Celeigh Cardinal. Lucy Niles, du groupe Partner a trouvé cette expérience « incroyable ». « Aussitôt que je les aie rencontrés, j’ai su que quelque chose de bon allait en découler, car elles sont toutes très talentueuses », ajoute-t-elle.

« Il faut aussi donner le crédit à Cartel (Madras) pour avoir cuisiné de très bon repas durant la quarantaine, aussi à Celeigh en fait qui cuisine très bien », explique Lucy Niles avec une touche d’humour.

L’émission est disponible en rediffusion sur le site Internet de Radio Taïga.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.