S'abonner à Médias Ténois

Pour faire face aux différents mandats : L’APFY se divise

06 décembre 2002
0 Commentaire(s)
Abonnement
Après avoir contenu deux sous-comités ayant des mandats totalement différents, l’APFY décide de se scinder et de créer ce qui deviendra un comité d’école.

C’est lors d’un huis-clos tenu dans le cadre de la réunion publique de l’Association des parents francophones de Yellow-knife, le 28 novembre dernier, que la présidente de l’APFY, Yvonne Careen, a proposé « que le mandat de l’APFY soit exclusivement de politique et de promotion à partir du 1er avril 2003, alors que se formera, en même temps, un Comité de parents de l’ÉASC ». La proposition a été adoptée par les membres du conseil d’administration, avec l’abstention des parents impliqués dans le volet parascolaire et communautaire.

« Ça fait plusieurs années que l’APFY n’est pas vraiment une association qui représente tous les parents francophones de Yellowknife et ça fait à peu près un an et demi que cette question chicote beaucoup les membres du conseil et surtout ceux qui travaillaient dans le comité de politique et de promotion », d’expliquer Yvonne Careen.

Le dilemme était devenu de plus en plus lourd à la suite de la Conférence de positionnement, organisée par le Regroupement des parents francophones des T.N.-O, en avril dernier. « À la dernière assemblée générale annuelle de l’APFY, nous avons aussi adopté une nouvelle mission qui était de se pencher davantage sur le côté politique et promotionnel », d’expliquer Mme Careen.

C’est donc à partir du 1er avril prochain que ce qui deviendra le Comité de parents de l’École Allain St-Cyr sera formé. L’APFY lui apportera un soutien financier pour les deux premières années d’opération. Ce comité sera principalement composé des gens qui voulaient donner un mandat d’activités communautaires et parascolaires à l’APFY.

Martine Boulet-Pelletier fait présentement partie du sous-comité responsable de l’organisation d’activités communautaires et parascolaires. Celle-ci voit pointer la division de l’APFY d’un bon œil. « C’était devenu un gros mandat et, de toute façon, c’est sûr que c’était pour arriver. Les réunions devenaient longues et je pense que ça se déroule comme il le faut », dit-elle, sans, toutefois, cacher sa surprise d’avoir vu ce sujet tomber sur la table dès jeudi dernier.

Cette dernière croit d’ailleurs que la nouvelle clarification des mandats aidera à l’engagement bénévole des parents. « Dans mon cas, par exemple, la politique, ça ne m’intéresse pas beaucoup. Par contre, faire des activités pour l’école et travailler avec elle, ce sont des choses que j’ai envie de faire. Je suis certaine qu’il y a des gens qui pensent comme moi. Je suis beaucoup plus à l’aise avec un Comité de parents et je crois qu’on va aller chercher d’autres personnes grâce à ça », d’expliquer Mme Boulet-Pelletier, qui rappelle que les prochaines semaines serviront à trouver un nom au nouvel organisme et à en établir la structure.

Selon Mme Careen, les mandats des deux sous-comités étaient trop différents pour les marier au sein d’une même association. Le comité sur la politique et la promotion visait essentiellement à offrir des services aux parents, alors que le comité d’activités communautaires et parascolaires voulait offrir les services aux élèves de l’école Allain St-Cyr.

La présidente de l’APFY croit que les activités organisées et les services offerts par ce qui deviendra le Comité de parents en valent la chandelle, mais qu’au sein de l’APFY, davantage d’efforts devront être consacrés aux côtés promotion et politique. « Les inscriptions à l’école commencent à baisser. Notre travail est donc d’aller faire du recrutement, d’attirer des gens et de faire la promotion auprès des parents », signale-t-elle, tout en soulignant que les projets se poursuivront de manière habituelle, d’ici le 1er avril prochain. Durant les premières semaines d’avril, une assemblée générale extraordinaire sera tenue afin de créer officiellement le Comité des parents de l’ÉASC et d’élire un nouveau conseil d’administration pour l’APFY.