Kronik Inuvik

Mi-avril. Minuit. Bleu clair le ciel. Clair le ciel.

Minuit. Beaucoup de blanc dans le bleu. Ça me fait wow. Je reste dans mon salon comme un arbre halluciné face à la fenêtre. J’attends qu’il fasse noir. Ou marin, au moins marin. Je veux voir la nuit arriver. Moi aussi. Je ne veux pas dormir.

Moi non plus. C’est bon, la solidarité. Zut ! C’est la grève de nuit, fait Charlot sur la deux. Télésympathie. Même face au tragique, toujours le mot d’esprit. Je l’adore. Bientôt, oui. Et on ne la verra pas dans les rues ou dans les bois ou flâner dans les parcs, non non, nulle part. Tombée dans un trou noir. Elle va nous larguer là comme des poissons à l’agonie sur la berge et disparaitre totalement du sommet de la mappe. Pas mal effrontée. Et nous, on s’en vient étourdi. L’expression « soleil de minuit », dont tout le Nord canadien se targue, pourra ici, enfin, être prise au pied de la lettre. À Yellowknife, à Whitehorse, à Iqaluit, dans la Baie-James, on a affaire à un « crépuscule » de minuit. Ici, c’est la vraie patente. On la voit venir à cent milles à l’heure. La nuit va tomber en grève générale, illimitée et reconductible en plus. Déjà, elle fait des moyens de pression, on sent la menace peser, elle nous tourne le dos, nous montre son insolent popotin et nous dit : Allez-vous coucher si ça vous chante, moi, le sommeil… Bah ! Pas vraiment besoin. Je pense à ce vieil adage de rockeur suicidaire que répétait toujours l’ami, bon vivant surhumain : I’ll sleep when I’ll be dead… J’dormirai quand j’serai mort.

Oui, ou l’hiver prochain, entre deux saisons de chasse ! En attendant, ça devient difficile de faire ses nuits et de se soumettre naturellement, comme si rien n’était, au rythme de la machine bureaucratique qui a su imposer ses règles et ses horaires fixes jusqu’ici haut… Imaginez.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages