Kronik Inuvik

 Chronique SPM. Jour 27.


Un matin où le noir se broie avec ben du bruit. Crier par en’dans. Écrire. Écrire avec ses crocs. Écrire sa chronique avec ses crocs. Se sentir comme d’la marde même après trois cafés. Les bottes bang bang du nouveau voisin, le matelas trop mou de l’angoisse, l’oreiller rugueux du non-sommeil, l’envie de trouer les murs. Ne pas avoir la force de soutenir la carcasse de sa colère. S’écrouler souvent. Tomber en panne, en pénurie de sens, en ça s’peux-tu. Dépitée de tout.

Ligoter la langue, ravaler la bile, mastiquer de la neige pour déjeuner. Essayer d’éteindre le feu, d’étrangler le dragon, d’essouffler la tempête, de tempérer ses transports, de modérer ses humeurs… Dans ce système de moutons militaires, il est désormais passible de stigmates institutionnels durables d’éprouver ou d’exprimer une trop grande émotivité. Ça rappelle de forts bons romans de science-fiction dits de dystopie. Quel monde ! Militer pour l’abolition des rapports de pouvoir entre les êtres humains. En vouloir à ses camarades de s’être à ce point laissé berner. Aliéner. En vouloir à la vie de s’abriller de draps aussi douteux. En avoir marre depuis longtemps. Non, Monsieur, le désespoir n’est pas une maladie mentale. Non, Madame, qui rit et pleure aisément n’a pas nécessairement besoin d’« aide » ou de se faire droguer la douleur et disjoncter la joie. Non, oui, merci. Tenir à la survie de son âme et à l’intégrité de sa biochimie. Savoir exactement de quel genre de fix on a besoin. Être son propre maitre, son propre mécano, son propre médecin. Ne savoir faire – être – vivre autrement. La liberté avant tout, permettez. Et même si vous ne permettez pas, on va garder ce qui nous appartient déjà, d’entrée, n’est-ce pas. Oui, oui. Merci.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages