Kronik Inuvik

 Appelons-le Bidule.

Bidule est un brillant petit garçon de 4 ans, du type hyper expressif et énervé. Il est souvent le seul qui se manifeste lorsque vous entrez discrètement dans la classe. MÉNANIE ! Il se rue vers vous : Monkey! Hug Monkey! Le p’tit singe veut grimper à l’arbre pour l’accueillir avec un câlin. Craquant à l’os. Minuscule. Une plume. Tu parles… Une bombe ! La mèche allumée en permanence. Souvent en train de sauter, d’ailleurs. Les cris et les larmes faciles, si tôt contrarié. Bidule fait un apprentissage important cette année : il n’est pas le centre de l’univers. Enfin, pas partout. Plus toultemps. Difficile à avaler. Il faut dire ceci : le gamin est investi d’une énergie du tonnerre. Il ne peut pas rester assis, ni debout, ni sur place. Il ne peut pas se soumettre aux règles puisqu’il ne peut s’empêcher de bouger, de changer de position, de points d’appui, de toucher aux choses, aux autres, de manipuler des objets. Il n’arrête jamais. Une faculté d’attention et d’intérêt envers tout de très courte durée. Sauf peut-être lorsqu’il s’agit d’une activité qui implique le mouvement de son corps au complet. Comme de se propulser à répétition sur moi - qui fait la bascule avec les bras - ou de courir très vite dans les corridors en hurlant. Ça, il en redemande. Seulement, c’est pas permis, pensez-vous. Une école primaire, pas la place pour avoir du fun et lâcher son fou… ! Ah ! L’adorable petit criss ! Je le vois danseur, acrobate, décrocheur d’étoiles, dompteur d’orages électriques, meneur de foule en feu, radieux fauteur de trouble. Et encore : révolutionnaire viscéral; anarchiste - malgré lui - du système nerveux central. Plutôt que des pilules, j’offrirais bien à Bidule une école sur mesure. Vous savez, des murs d’escalade, des planchers-trampolines, des cordes à Tarzan, des tapis volants, des piscines de jello… Ah ! Rêvons…


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.