Kronik Inuvik

Samedi matin, onze heures onze. Par la fenêtre, le bleu marin de l’aube laisse apparaitre le blanc-lumière de la neige. Lentement. Une manière de nouvelle technologie solaire à intensité progressive. À gauche, le Delta, la route de glace, la forêt de conifères, le fantôme des montagnes Richardson, la vue sur la vie sauvage. À droite, la ville, la rue principale, le dépanneur News Stand, toujours achalandé, et la charmante bibliothèque, très occupée aussi, au-dessus de laquelle galopent encore fringants les poneys du Père Noël. Des poneys, oui, oui. Pas des rennes au nez rouge. Des petits chevaux qui tirent une carriole à roues et non un traineau à skis ! Quelle ironie ! Je me dis. Ça l’irait tellement mieux en ski-doo, à dos de rivière, en traineaux à chiens, t’sais. Christmas time, such a white man thing. You say so! Ici, les rennes ne courent pas les cieux mais restent ben groundés les quatre pattes dans leur pâturage. On peut, parait-il, en admirer un gros troupeau — semi-domestique — sur la route qui mène à Tuktoyaktuk. Les copains du Père Noël, on les garde, on les mène, on les tue et on les mange. Ce sont aussi des alliés, remarquez. C’est de la bonne viande (dit-on : semi-sauvage… ?). Du land food. De l’assurance-survie. Pour ma part, à la façon des Inuits de l’Arctique de l’Est, je l’aime crue et à moitié gelée, en très fines tranches, trempées dans la sauce soya. Sinon, par la fenêtre toujours, ya le drapeau de la ville qui a l’air d’avoir un gros fun noir dans le vent. Doit faire frette. J’ai pas internet ni de thermomètre pour me chiffrer ça, seulement des indices visuels. En ce qui a trait aux animaux sauvages aux pouvoirs transcendants, ya ben juste les corbeaux qui sont assez fous et forts pour voler là-dedans !


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages