Knonik Inuvik

Poétique à ses heures, l’ami Michel comparait cet été le Nord du pays au frigo de la terre.

Toé, tu t’en vas vivre dans l’frigo avec l’ampoule brulée. Eh bien, c’est pas pour me vanter, mais hier, l’ampoule brulée, je l’ai vue revivre. À peine une demi-lune rose-orange fluo qui sort de l’autre bord de la Mackenzie pour nous éblouir et nous dire eille ! Salut ! J’suis encore là, j’suis pas mort, j’m’en r’viens back vous voir. Ça sera pas trop long… Ah ! Le soleil ! Seul dieu devant lequel je suis capable de m’incliner. Vraiment. Même tombé sa lumière demeure longtemps. De purs pastels. Des couleurs d’une clarté jamais vue. Des aquarelles inouïes en transformation constante. Ça fait jouir les yeux. Ça fait sourire le cœur. Ça dure des fois des heures. Ces roses, ces mauves, ces bleus. Ça rend amoureux. Ma faculté d’émerveillement est constamment stimulée par le panorama ambiant. Par le ciel qui prend toute la place. Je me trouve chanceuse d’être ici. Surtout après trois semaines au Québec. Deux hivers que je n’y avais pas mis les feutres. Me souviens maintenant pourquoi j’en étais repartie pour retrouver le beau grand Nord froid et sec : la pluie. La goddamn de voyons donc de pluie en plein hiver. La pas fine qui fait fondre et geler la neige. Les écarts téméraires de température. Gèle, dégèle, regèle, redégèle, man… La pauvre neige noire toute glacée des villes sales. À Montréal, à Québec, à Sherbrooke, la fin du monde est palpable. L’hiver : en voie de disparition. Alors, au retour dans non pas le frigo, mais bien le congélateur de la terre, en ce moment, le cric crac de la neige croquante et toute blanche, sous le beat sourd des pas qui n’ont plus peur de déraper, ça fait chaud sous le capot. L’ampoule est pas brulée. Était juste dévissée.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages