Jeunes reporters sur le terrain

22 juillet 2021
Carmen Braden et ses musiciens ont offert un concert électropop à saveur expérimentale. (Crédit photo : Thomas Ethier)

Carmen Braden et ses musiciens ont offert un concert électropop à saveur expérimentale. (Crédit photo : Thomas Ethier)

Tantôt profondes, tantôt excentriques, les questions d’Alice Winkler, 13 ans, et d’Hazel Mifflin, 14 ans, ont bien fait réfléchir les festivaliers. Munies d’une enregistreuse, les deux reporters en herbe de Radio Taïga ont parcouru le festival pour accoster les artistes et les festivaliers, et discuter de musique, de COVID-19… et de créatures mythiques !

Certaines entrevues ont été diffusées en direct de l’émission spéciale L’Allonge, sur le site de Folk On The Rocks. Voici quelques-unes des réponses les plus créatives :

 

Questions : Après deux ans de silence, Folk On The Rocks est enfin de retour. Comment vous sentez-vous d’être ici aujourd’hui, parmi la foule ?

 

Carmen Braden, auteure-compositrice-interprète

C’est incroyable d’être ici ! Tout semble à la fois très normal et très bizarre ! Tout semble être revenu à la normale aujourd’hui, on ne voit pas de masque, peu de distance physique. D’un autre côté, tout le monde semble affamé de musique et d’interactions. On sent que l’évènement répond à un besoin que nous avions depuis très longtemps.

 

Cody Drygeese, membre des Yellowknives Dene Drummers

Je me sens très bien. C’est bon d’être de retour sur la scène principale et d’être à nouveau entouré de gens, spécialement ici, à Folk On The Rocks, où tout le monde passe un moment formidable. Nous n’avons pas vraiment pu pratiquer ensemble durant la pandémie. Certains membres du groupe ont pu pratiquer, mais, dans tous les cas, le tambour n’est pas une chose qui se perd. C’est quelque chose qui se ressent. Nos tambours sont un peu comme des cœurs qui battent. Nous savons en jouer et chanter depuis que nous sommes jeunes, et c’est une chose que nous gardons toute notre vie.

 

Andrew Morrison, chanteur et guitariste, The Jerry Cans

C’est bouleversant ! Mon corps était épuisé après notre première performance du festival. J’ai même pleuré à un certain moment ! La musique fait partie de nous, en tant que musiciens, mais également en tant qu’humain et spectateur. Voir l’art se déployer devant soi, c’est une très belle chose, que nous tenions pour acquise avant la pandémie. Ce vendredi, une foule de 800 personnes criait devant nous… c’était très intense ! Cet échange d’énergie dans la foule, cette appréciation du moment, c’est magnifique. Nous étions épuisés et déroutés, et j’ai vécu l’une des plus belles soirées de ma vie.

Question : Voici maintenant une question spéciale, qui fera appel à votre créativité : quelle est votre créature mythique préférée ? Dans un combat contre la COVID-19, qui l’emporterait ?

 

Carmen Braden

C’est sans doute Sedna, déesse de la mer dans la mythologie inuite. Elle l’emporterait haut la main contre la COVID. C’est une question bizarre ! Mais Sedna est invincible, et elle se trouve dans la mer. D’abord, à ce que l’on sait, le virus ne se transmet pas comme ça, par l’intermédiaire de l’eau. Puis Sedna nous apprend à respecter la terre et l’environnement. La COVID s’est répandue en ignorant ces principes, et je crois que Sedna lui mettrait une raclée !

 

Christina Rae Carrigan, artiste peintre, Murale de Folk On The Rocks

Ma créature mythique préférée est le Ogopogo, le serpent géant du lac Okanagan, en Colombie-Britannique. La COVID l’emporterait contre lui ! Ce virus peut emporter n’importe quoi. Voyez comment il a réussi à arrêter le monde entier pendant une année complète !

 

Cody Drygeese

Je crois que c’est Nàhga, une créature de la forêt, créée pour apprendre aux enfants de ne pas s’aventurer seul en forêt durant la nuit. Nàhga l’emporterait certainement, mais la COVID est sans doute beaucoup plus dangereuse. Dans tous les cas, je crois que Nàhga serait immunisée… je lui demanderai quand je la verrai !

 

Andrew Morrison

Nos préférés, à mes trois filles et moi-même, ce sont les dragons ! Les dragons l’emporteraient à 100 %. Ils sont sans doute étrangement immunisés. Ils s’occuperaient de leur travail comme si rien n’était, en cherchant de l’or, ou peu importe, sans même s’inquiéter. Les dragons ne se soucient absolument pas de la COVID-19 !


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.