Great Northern Arts Festival : Inuvik accueille les créateurs circumpolaires

Antoine Mountain, artiste déné et auteur d’un ouvrage sur son expérience dans un pensionnat indien, a également peint plusieurs toiles colorées qui reflètent les saisons et la beauté du territoire nordique. (Crédit photo : Nelly Guidici)

Antoine Mountain, artiste déné et auteur d’un ouvrage sur son expérience dans un pensionnat indien, a également peint plusieurs toiles colorées qui reflètent les saisons et la beauté du territoire nordique. (Crédit photo : Nelly Guidici)

La 31e édition du plus grand rendez-vous artistique au nord du soixantième parallèle s'est conclue la semaine dernière.

La 31e édition du festival d’arts visuels d’Inuvik s’est déroulée du 12 au 21 juillet 2019. Le public a pu découvrir la richesse et la vitalité des expressions artistiques du monde circumpolaire.


Au cœur des territoires traditionnels des peuples inuvialuit et gwich’in, 35 artistes ont fait découvrir au public la créativité et les techniques des peuples du Nord. Résidents locaux ou touristes de passage, 150 personnes étaient présentes à la cérémonie d’ouverture du festival qui s’est tenue le 12 juillet.


Le groupe de musique et de danseurs traditionnels Aklavik Drummers and Dancers a clos la soirée sous le rythme des tambours et des chants qui racontent le quotidien des chasseurs et des pêcheurs.

La sculpture, une tradition arctique
Sous la tente, à l’extérieur, les sculpteurs inuivialuits, pour la plupart originaires de Tuktoyaktuk, ont démontré leurs habiletés afin de donner vie à des pierres à savon. Chasseurs de morses ou d’ours polaire dansant sous les aurores boréales, ces sculptures sont ancrées dans les gestes traditionnels qui font le quotidien des chasseurs de la région.
Ronald Nuyaviak est l’un d’eux. Originaire de Tuktoyaktuk, où il a grandi, il vit maintenant à Yellowknife. Sculpteur depuis le milieu des années 1980, il vit aujourd’hui de son art et crée des pièces à partir de la pierre, de l’os, de la ramure des caribous, mais aussi de l’ivoire de morse.


Il dit être inspiré par les chasses qu’il pratique sur le territoire traditionnel ainsi que par les histoires que les ainés lui racontaient lorsqu’il était enfant.


Lors de la clôture du festival, M. Nuyaviak a reçu une récompense pour son travail dans la catégorie des œuvres en trois dimensions.


Un invité de marque dans la galerie d’art

Antoine Mountain, écrivain et peintre déné originaire de Fort Good Hope dans la région du Sahtu, a enchainé les toiles pendant toute la durée du festival. Influencé par le mouvement impressionniste et amoureux de la langue française, M. Mountain utilise une palette très colorée afin d’exprimer la beauté des saisons ou la variation de la lumière sur les paysages nordiques, qu’il affectionne tant. À travers ses peintures, il espère que la jeunesse dénée s’approprie la culture et l’histoire de son peuple.


« J’essaie de capturer les délicates variations de couleurs dans le balayage majestueux du territoire et d’utiliser une ligne lyrique dans mon art. Tout art autochtone est essentiellement spirituel. Nos croyances et nos valeurs sont fermement enracinées ici dans ce territoire », précise-t-il.


Artiste aux multiples facettes, M. Mountain a également dédicacé son ouvrage From Bear Rock Mountain : The Life and Times of a Dene Residential School Survivor (Depuis le mont Bear Rock : la vie et l’époque d’un Déné survivant des pensionnats indiens), en vente au comptoir de la galerie du festival. M. Mountain a également reçu une récompense pour ses créations picturales.


Véritable célébration de la culture, de la créativité et de la tradition, cette édition a une nouvelle fois tenu son pari de regrouper, pendant 10 jours, des artistes talentueux de l’Arctique canadien au pays du soleil de minuit.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages