Journée carrières : Inspirer les jeunes

Le chargé de projet David Couture a parlé de sa carrière aux élèves de l'école Boréale. (Crédit photo : Denis Lord)

Le chargé de projet David Couture a parlé de sa carrière aux élèves de l'école Boréale. (Crédit photo : Denis Lord)

Le CDÉTNO offre aux étudiants de l’école Boréale un aperçu du monde du travail.

Cinq travailleurs de Yellowknife sont allés parler de leur emploi à l’école Boréale dans le cadre d’une Journée carrières organisée par le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO).


David Couture a parlé de son travail de gestionnaire de projets en construction. Il a notamment supervisé des opérations de la construction du gymnase de l’école Allain St-Cyr, pour ensuite œuvrer à l’Hôtel Explorer et à l’Hôpital Stanton, où son engagement durera encore deux à trois ans. Il a commencé comme technologue et peut aussi superviser la construction de routes, par exemple.


M. Couture n’a pas trouvé immédiatement sa voie en finissant sa 12e année. Il a d’abord commencé une formation en technique d’architecture, qu’il a abandonnée pour étudier durant deux ans en sciences humaines. Après deux autres années sur le marché du travail, il est retourné aux études, cette fois durant trois ans en génie civil à la Cité collégiale. « Ça valait la peine de faire tout ce cheminement pour être passionné », dit M. Couture.


De plus, les salaires peuvent dépasser les 100 000 $ et les primes peuvent grimper au tiers de ce montant. Par contre, les pénalités pour retards des travaux peuvent être aussi élevées ! Il incombe au gestionnaire de s’assurer que les délais sont respectés.


L’enseignante Katrine Lavoie en a profité pour rappeler que ce n’est pas pour rien qu’on apprend aux élèves à respecter les échéances !


Autres métiers
Les autres invités étaient l’homme d’affaires Jean-François Pitre, la comptable Jinal Shah (qui s’est exprimée en anglais), l’auteur de ces lignes et Érik Rokotomena, directeur des banquets et des évènements à l’Hôtel Explorer. Ce dernier n’en était pas à sa première présentation devant une classe.


« Mais c’était bien différent ici, explique-t-il. Vu leur âge, [un directeur des banquets] c’est nouveau pour eux. Ce n’est pas familier. Quand tu parles d’un médecin, ils savent c’est quoi. »

Aspirations
Plusieurs élèves ont avoué ne pas savoir à quelle carrière ils se destinent. Tout à fait normal lorsqu’on est encore en 9e année, comme certains.


Dans la matinée, la spécialiste du recrutement d’élèves du Grande Prairie Regional College, Nicole Bowes, a animé un atelier où elle donnait des pistes aux élèves pour déterminer ce qu’ils veulent faire plus tard et comment y parvenir. L’atelier a aidé les jeunes à se projeter dans le futur, à penser au type de vie qu’ils veulent, à trouver les critères en fonction desquels choisir leur collège ou leur université.


Le directeur général du CDÉTNO, François Afane, se dit satisfait de cette première édition de la Journée Carrière sous cette forme.


« Je suis bien content de la participation, ça a été un succès, analyse-t-il. Dans une première édition, il y a toujours quelque chose à améliorer. Nous allons recueillir les rétroactions, faire un rapport et apporter des corrections. »

Le voyage aller-retour du journaliste à Hay River a été commandité par le CDÉTNO pour que celui-ci expose son choix de carrière devant les classes.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages