Inondations printanières : des maisons démolies

Julia et Derek Erasmus, qui ont deux jeunes enfants, ne veulent plus jamais revivre les conséquences d'une inondation. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)

Julia et Derek Erasmus, qui ont deux jeunes enfants, ne veulent plus jamais revivre les conséquences d'une inondation. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)

Voir la maison où l’on a vécu depuis plusieurs années se faire démolir, c'est ce qu’ont subi récemment des résidents de Fort Simpson, victimes d'inondations le printemps dernier.

Une pelle mécanique s’abat avec fracas sur le toit de la maison de Julia et Derek Erasmus. « Je l’ai accepté. Je suis un peu triste », dit la jeune femme dans la vidéo qu’elle a enregistrée et publiée sur Facebook le 27 octobre dernier, sa voix se mêlant aux bruits de la démolition. « Un peu fébrile à propos de la nouvelle maison », continue-t-elle.

À la suite des inondations de mai dernier, huit maisons ont récemment été démolies à Fort Simpson et une autre le sera prochainement, confirme Jennifer Young, directrice aux affaires générales du ministère des Affaires municipales et communautaires (MACA), dans un courriel. Ces demeures seront remplacées par des maisons de base préusinées. Celle de Julia et Derek Erasmus, parents d’un bébé d’un an et demi et d’une fillette de 6 ans, fait partie de celles-ci.

« C’était difficile à regarder, on a tellement de souvenirs là-bas, on y a fondé notre famille », partage Derek lors d’un appel téléphonique, peu après la démolition. L’eau avait inondé le sous-sol et le premier mètre du rez-de-chaussée de leur ancien domicile. La moisissure l’a achevé.

Le couple obtiendra une nouvelle maison qui sera, fort probablement, localisée sur un nouveau terrain à l’extérieur de l’ile de Fort Simpson. « On a avisé le MACA qu’on serait heureux de déménager. On est triste de partir, on avait une vue magnifique sur le fleuve Mackenzie, mais on ne veut plus jamais revivre une inondation », continue Derek.

À Fort Simpson, trois des nouvelles maisons seront installées sur des lots à l’extérieur de l’ile « avec l’approbation des propriétaires », affirme Jennifer Young du MACA, et les emplacements de quatre autres maisons sont « en train d’être déterminés ».

Le MACA prévoit que les nouvelles maisons arriveront en mars. « Les propriétaires relocalisés auront un nouveau lot avec une grandeur et des services similaires », assure Mike Westwick, conseiller spécial au ministère des Affaires municipales et communautaires (MACA), dans un autre courriel.

En attendant, la famille Erasmus, qui a vécu pendant quelques mois chez de la famille, est installée depuis peu dans une autre maison. Le gouvernement territorial contribue à héberger les personnes qui ont perdu leur domicile.

« Ça prend plus de temps que ce qu’on aurait voulu, dit Derek, mais on est reconnaissant. »

Si ceux-ci sont enclins à être relocalisés sur un nouveau lot, ce n’était pas le cas pour Bernadette Norwegian, 66 ans, et sa sœur jumelle. Elles étaient opposées à l’idée et ont martelé leur désir de rester sur leur terrain. Le GTNO a fini par les entendre.

« Ils voulaient mettre un terrain de jeux sur notre propriété. Après plusieurs mois d’échange, ils ont accepté de nous laisser y retourner », dit Bernadette au bout du fil, visiblement heureuse. La nouvelle maison sera surélevée pour résister à de futures inondations.

Sa sœur et elle ont appris la bonne nouvelle en septembre. « Les premiers mois à la suite de l’inondation ont été extrêmement difficiles, mais maintenant que les choses s’arrangent, on se sent soulagées et heureuses. On a hâte d’avoir notre nouvelle maison », dit celle qui, en attendant, vit avec sa sœur dans un appartement de Deh Cho Suites grâce au soutien du gouvernement.

Hors de question pour elles, cependant, d’assister à la démolition de leur maison. « On ne voulait pas être là, c’est trop bouleversant ! », lance-t-elle. Elles s’y sont rendues deux jours plus tard. « Le terrain est bien, tout nettoyé. On dirait un nouvel endroit, prêt à accueillir notre nouvelle maison », se réjouit Bernadette.

« Je pense que le gouvernement a vraiment fait du mieux qu’il a pu, compte tenu des circonstances, et avec de bonnes intentions », conclut-elle.

Une autre résidente, Allison DePelham, aura elle aussi une nouvelle maison sur sa propriété actuelle. « Tant que ma maison est quatre pieds plus haut que l’originale et sans sous-sol, elle sera mieux protégée contre de futures inondations », a-t-elle dit, lors d’une entrevue à CBC. Sa fille habitait l'appartement du sous-sol de sa maison inondée ; une telle configuration ne sera plus possible.

Neuf autres maisons sont en réparation à Fort Simpson. Le MACA compte avoir terminé les travaux d’ici quelques semaines.

À Jean Marie River, c’est aussi neuf maisons qui sont en réparation. Six seront remplacées et aucune ne sera reconstruite sur les terrains originaux, écrit le conseiller spécial au MACA, Mike Westwick. Une vingtaine de ménages touchés par les inondations vivent encore dans des logements temporaires.

Sur les 25 maisons pour lesquelles le gouvernement a octroyé des contrats de réparation à Fort Simpson, Jean Marie River et Fort Good Hope, cinq ont été soulevées, précise Jennifer Young du MACA. Douze autres maisons font présentement l’objet d’évaluations techniques « pour déterminer la viabilité de les surélever plus tard », précise-t-elle.

Quant aux couts de cette inondation, il faudra attendre au moins jusqu’à la fin de l'exercice financier du gouvernement pour les connaitre. « Il y a encore trop de variables pour chiffrer les couts de l’inondation en ce moment. Notre règle de base est qu’on va faire ce qu’il faut pour conserver des toits au-dessus de la tête des gens et apporter le soutien nécessaire à ceux qui en ont besoin afin qu’ils puissent reconstruire et reprendre leur vie », affirme Mike Westwick.

D’ici à ce que tous les résidants de Fort Simpson reprennent leur vie, Julia Erasmus a émis un souhait pour son terrain inondé : qu’il soit transformé en skateparc.

 

Nombre de bâtiments endommagés

(maisons, administrations communautaires ou entreprises)

FORT SIMPSON : 75
JEAN MARIE RIVER : 24
FORT GOOD HOPE : 13

Source : MACA


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561