Fiscalité : Impôts secours!

 Le sous-commissaire à l'Agence du revenu du Canada, Ross Ermel, était de passage dans la capitale ténoise pour parler aux médias de la présence prochaine de son agence aux TNO. (Crédit photo : Denis Lord)

Le sous-commissaire à l'Agence du revenu du Canada, Ross Ermel, était de passage dans la capitale ténoise pour parler aux médias de la présence prochaine de son agence aux TNO. (Crédit photo : Denis Lord)

Un centre de services de l’Agence du revenu du Canada ouvrira ses portes à Yellowknife en 2019.

Un nouveau centre de services de l’Agence du revenu du Canada (ARC) doté de trois employés ouvrira ses portes à Yellowknife au début 2019; juste à temps pour aider les individus, les travailleurs autonomes et les petites entreprises à achever leur déclaration de revenus.


Vraisemblablement situé dans l’édifice Greenstone, sur l’avenue Franklin, le bureau fédéral sera doté de lignes téléphoniques donnant accès à des fonctionnaires spécialement formés à la fiscalité du Nord.


C’est ce qu’a précisé à L’Aquilon le sous-commissaire de l’Agence du Revenu du Canada, Ross Ermel, de passage à Yellowknife. Sa venue dans la capitale ténoise fait suite à la conférence de presse de la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, à Whitehorse, le 24 août dernier. Lors de ce point de presse, Mme Lebouthillier a annoncé des services améliorés dans chacun des territoires.


Cette mesure est la conséquence de consultations menées en 2016 sous le titre Mieux vous servir dans le Nord.
Les employés du centre de services seront proactifs, explique M. Ermel. Leur rôle sera d’aller dans les collectivités, d’étendre le réseau du Programme communautaire des bénévoles et de faire de l’éducation sur des sujets reliés aux impôts. Un officier de liaison donnera de l’information aux propriétaires de petites entreprises et aux travailleurs autonomes. Cela prendra la forme de séminaires ou des visites sur place.


« Ils vont se servir de Yellowknife comme d’un point de départ pour travailler avec d’autres fonctionnaires fédéraux, comme Services Canada, et avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, ajoute le sous-commissaire. Mais il y aura toujours quelqu’un sur place. »


Le nombre d’employés pourrait monter jusqu’à quatre si nécessaire. M. Ermel dit que son ministère s’applique à recruter du personnel bilingue.

Complexité
On a souvent l’impression que le taux de révision des déclarations de revenus personnelles est plus élevé dans les trois territoires que dans les provinces du Sud. C’est vrai, admet le sous-commissaire de l’ARC. On ignore cependant si cet état de fait vaut aussi pour les travailleurs autonomes et les petites entreprises.


Les citoyens du Nord sont constamment harcelés de demandes du ministère du Revenu, souligne le comptable de Yellowknife Paul E Fleury. « C’est très difficile de contenter les fonctionnaires, et les gens ne sont pas toujours familiers avec la comptabilité du Nord », dit-il.


M. Fleury rappelle qu’un fonctionnaire du Revenu a déjà été en place à Yellowknife. Selon le vétéran de la comptabilité nordique, le retour de l’Agence dans le Nord facilitera la communication.


Le taux de révision des rapports d’impôt des citoyens du Nord a déjà diminué de 19 % au cours des cinq dernières années, assure le sous-commissaire Ermel, et le ministère s’affaire à le réduire encore. Les mesures annoncées devraient y contribuer, mesures auxquelles s’ajouteront une liste de contrôle conçue expressément pour le Nord.
Par ailleurs, le gouvernement fédéral mènera une autre consultation à Yellowknife en novembre afin de simplifier les déclarations de revenus. Cette consultation pourrait, par exemple, mener à des changements sur les exigences concernant l’obtention de la déduction pour les avantages relatifs aux voyages, soit le crédit d’impôt équivalent au coût moyen du billet d’avion le moins cher entre Yellowknife et Edmonton.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages