Bibliothèque en français : Il faut faire connaître les ressources

07 juin 2002
0 Commentaire(s)
La bibliothèque publique des Territoires du Nord-Ouest possède des livres, des disques et des magazines en français; cependant, peu de gens le savent.

L’auteur Roch Carrier était à Yellowknife, le 3 juin dernier, à titre d’administrateur général de la Bibliothèque nationale du Canada. Celui-ci voulait rencontrer la communauté francophone afin de connaître leurs besoins en terme de produits offerts en français dans les bibliothèques publiques des T.N.-O. et de « rendre les services de la Bibliothèque nationale accessibles à toute la population, y compris aux francophones ».

Représentée par Isabel Gauthier, la Fédération Franco-TéNOise a fait part de ses recommandations pour améliorer ce qu’elle appelle « la pénurie de littérature française ». Entre autres, la FFT propose de confier la promotion des items francophones offerts aux bibliothèques publiques à la communauté elle-même.

L’idée semblait plaire au bibliothécaire territorial des Territoires du Nord-Ouest, Sandy MacDonald. « C’est probablement la meilleure façon pour que l’information se rendre à la communauté francophone. L’Association et la Fédération ont des contacts et c’est une excellente façon pour nous de publiciser ce que nous avons », a-t-il commenté.

Une autre proposition visait à doter le ministère de l’Éduction, de la Culture et de la Formation d’une politique et d’un budget axés sur l’approvisionnement périodique et substantiel des bibliothèques publiques en matière de littérature de langue française. « Ce serait bien que le budget qui existe déjà pour acheter des nouveaux livres en anglais comprenne une part proportionnelle à la population francophone pour l’achat d’items en français », a fait savoir Sylvie Boisclair, qui représentait l’Association franco-culturelle de Yellowknife et qui a aussi été engagée par les bibliothèques publiques, en 2001, pour faire l’achat de matériel francophone.

Au cours de cette année, Mme Boisclair a acheté plus de 800 items en français. « Le budget vient toujours de Patrimoine canadien et est comme un cadeau qui arrive une fois de temps en temps. Quand j’ai acheté des livres, ça faisait huit ans qu’il n’y avait pas eu d’achats effectués », lance-t-elle.

Les catalogues de produits offerts ont aussi fait l’objet des discussions dirigées par Roch Carrier. La FFT a proposé que les catalogues de produits francophones soient disponibles dans les écoles, ainsi que dans les bureaux des associations culturelles.

Présentement, il est possible, pour les gens situés à Inuvik, Fort Smith ou Hay River d’avoir accès aux livres présents à Yellowknife par le site Web de la bibliothèque.

« Par le site Internet, les gens ne sauront pas tout ce qu’il y a de disponible en français, sur le territoire, d’un seul coup d’œil. Il faut qu’ils sachent déjà ce qu’ils veulent lire en entrant le nom de l’auteur ou le titre. C’est un bon outil pour quelqu’un qui sait d’avance ce qu’il veut lire », de signaler Mme Boisclair qui suggère aussi qu’une ressource francophone soit engagée par la bibliothèque publique.

À ce sujet, M. MacDonald a fait savoir que les ressources étaient limitées, « cependant, si la communauté francophone nous amène une proposition et pousse très fort, peut-être avec l’aide du gouvernement fédéral, ce serait une chose qui vaudrait la peine d’avoir », a rétorqué le bibliothécaire territorial.

Tout au cours de la discussion, Roch Carrier prenait des notes. Celui-ci « a été impressionné par la volonté de travailler avec des gens réunis autour de la table ». M. Carrier et les divers intervenants, incluant Pierre Ouellet, enseignant à l’École Allain St-Cyr, ont parlé en faveur d’une concertation entre la bibliothèque de l’école (qui est davantage utilisée par les francophones), la bibliothèque publique territoriale et la Bibliothèque nationale du Canada «qui peut vous envoyer le livre dont vous avez besoin tout à fait gratuitement et vous le prêter comme si vous étiez à Ottawa », de spécifier l’administrateur général de l’institution vieille de 50 ans et contenant près de 20 millions d’items.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages