Future Francofête des TNO : Trois lieux se démarquent

Le site du festival Folk On The Rocks figure parmi les lieux les plus souvent mentionnés par les participants au sondage, comme endroit privilégié pour organiser une fête de la francophonie ténoise. (Photo : Thomas Ethier)

Le site du festival Folk On The Rocks figure parmi les lieux les plus souvent mentionnés par les participants au sondage, comme endroit privilégié pour organiser une fête de la francophonie ténoise. (Photo : Thomas Ethier)

En ville ou en nature ? L’AFCY poursuit ses consultations auprès des résidents et des organisations francophones, qui ont leur mot à dire sur la façon dont ils souhaitent célébrer leur francophonie.

Thomas Ethier – IJL – Territoires

Comment devrait-on célébrer la francophonie des Territoires du Nord-Ouest ? Près de 130 francophones et francophiles se sont prononcés sur la création d’une future Francofête ténoise, dans le cadre d’un sondage proposé par l’Association franco-culturelle de Yellowknife (AFCY). Les résultats ont été dévoilés le 29 juillet, lors d’un évènement café-citoyen.

Quelque 128 résidents des TNO ont répondu à une série de questions qui portaient sur les valeurs à prioriser dans le cadre de telles célébrations, sur les activités à organiser, ou encore sur le lieu où devrait se dérouler l’évènement. Un évènement pilote pourrait voir le jour d’ici l’été 2023, selon le directeur général de l’AFCY, Maxime Joly.

 

Des données et des débats

Les membres de la communauté ont été invités à se rassembler au restaurant Black Night de Yellowknife, pour prendre connaissance des résultats et pour discuter plus en profondeur des différents aspects évoqués à travers le sondage.

« Nous avons eu un débat de qualité, un peu comme dans le cadre d’un groupe de discussion, explique M. Joly. Les quelques personnes qui ont répondu à notre invitation jeudi dernier sont des gens qui vivent aux Territoires du Nord-Ouest depuis longtemps et qui sont engagés dans leur communauté. »

La question de l’emplacement du futur évènement aura été le thème principal de discussion. Au total, 88 lieux ont été suggérés par les répondants au sondage. Trois se sont démarquées pour avoir été mentionnées à plusieurs reprises : le parc Somba K'e de Yellowknife, le site du camp de jour Camp Connexion – à 60 km de Yellowknife –, et le site du festival Folk On The Rocks.

« Le site qui sera retenu permettra de déterminer ce qu’il sera possible de faire, » explique le directeur. « Nous avons donc décidé de discuter des trois sites qui ont été les plus souvent mentionnés par les répondants au sondage, afin d’en peser les pour et les contre, et explorer toutes les possibilités qui s’y offrent. »

Le directeur pourrait inviter la communauté à un second café-citoyen dans les prochaines semaines, afin d’inclure encore plus de voix à la discussion. « Le débat était très intéressant, mais selon moi, l’échantillon n’était pas suffisant pour représenter la communauté », explique-t-il, insistant sur le défi de rassembler un groupe en cette période estivale. « J’aimerais donc inviter les résidents à un second café-citoyen cet automne. »

Les résultats du sondage démontrent que 57 % des répondants préfèreraient un évènement urbain, contre 43 pour cent qui disent préférer une célébration en nature. Les consultations s’étendront toutefois dans les prochains mois à l’aide d’entrevues semi-dirigées avec des leadeurs des Territoires du Nord-Ouest.

En ville ou en nature ?

Comme l’explique le directeur général de l’AFCY, les trois sites envisagés à l’heure actuelle présentent chacun des possibilités et des limites.

Le parc Somba K'e est situé en plein centre-ville, pour un concept entièrement urbain. « C’est très accessible, nous serions dans l’inclusion, le rayonnement et le partage, mais la clientèle serait davantage de passage et ce serait essentiellement orienté sur les arts de la scène, indique Maxime Joly. Les participants y seraient davantage spectateurs que participants. C’est un lieu central et facile d’accès, mais limité en matière de couvre-feu, de vente d’alcool et de feux de joie. »

Situé à 60 km de Yellowknife, le site Camp connexion représente l’option nature. « On y offrirait une expérience d’une fin de semaine en nature, avec un groupe de taille moyenne, ce qui favoriserait les échanges, explique M. Joly. Nous profiterions d’activités immersives, d’un rythme plus lent, et ce serait plus facile de s’y faire des ami.e.s. Il y aurait des spectacles de plus petite envergure, et la communauté anglophone serait moins incluse. Le site est éloigné de Yellowknife, et donc moins facile d’accès. »

Le site du festival Folk On The Rocks permettrait, selon M. Joly, de couper la poire en deux. « Ce site est vaste, polyvalent et très apprécié des résidents. Nous aurions accès aux scènes pour les spectacles, et pourrions y installer différentes sections d’activités, explique-t-il. On y accède facilement à partir de Yellowknife et ce sera plus facile d’y attirer les gens, en comparaison au site de Camp connexion. »

 

Les autres résultats du sondage

Les racines, l’histoire et l’héritage francophone des TNO, voilà ce qui devrait être mis en valeur dans le cadre d’une fête de la francophonie aux Territoires du Nord-Ouest, selon 48 % des répondants au sondage. On apprend également que 64 % des répondants souhaitent que cet évènement s’adresse à l’ensemble de la collectivité, incluant les anglophones.

Par ailleurs, 83 % pour cent des répondants se disent soit parfaitement d’accord ou plutôt d’accord à ce que cet évènement « réserve une place aux Premières Nations dans la programmation et fasse preuve de respect et d’ouverture à leur endroit ».

Une proportion de 75 % s’est dite parfaitement ou plutôt d’accord à ce que l’évènement « réserve une place aux communautés ethniques désirant partager leur culture et créer des liens avec nous ».

Une liste de valeurs a également été proposée aux répondants, appelés à sélectionner celles qu’ils jugeaient les plus pertinentes pour un évènement de cette nature. L’esprit de communauté est arrivé en première position avec 88 % des votes. L’inclusion a été priorisée par 59 pour cent des répondants. Les valeurs du respect, du partage et de l’environnement et la nature ont obtenu des résultats presque égaux, allant de 53 à 49 %.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.