Université du Nord : Fort Smith réfractaire

La ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Caroline Cochrane, lors de la présentation du rapport MNP à l'Assemblée législative le 30 mai dernier.(Crédit photo: Denis Lord)

La ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Caroline Cochrane, lors de la présentation du rapport MNP à l'Assemblée législative le 30 mai dernier.(Crédit photo: Denis Lord)

 Le rapport est biaisé, estime la mairesse de Fort Smith.

Fort Smith ne veut pas que le siège-social d’une future université territoriale soit logée à Yellowknife. C’est le message qu’a exprimé la centaine de résidents qui se sont rendus au Centre de loisirs de Fort Smith, le 11 juin dernier, pour y rencontrer la ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation (ECF), Caroline Cochrane.


La ministre s’est rendue dans la capitale jardinière pour présenter le rapport sur l’examen des principes fondateurs du Collège Aurora. Le rapport recommande de remplacer le Collège Aurora par une université polytechnique du Nord dont l’administration et le campus central seraient situés à Yellowknife plutôt qu’à Fort Smith.


Le projet articulé dans le rapport préparé par la firme MNP suggère cependant de maintenir des campus régionaux à Fort Smith et à Inuvik.


L’atmosphère était hostile et il y avait beaucoup de méfiance, rapporte le photographe Pierre-Emmanuel Chaillon qui était présent. Mme Cochrane était accompagnée du député de Thebacha et ministre de la Justice, Louis Sebert. Alors qu’elle avait déclaré le 30 mai à l’Assemblée législative qu’elle était ravie par ce rapport, elle a plutôt déclaré à Fort Smith qu’elle avait été choquée par son contenu, rapporte M. Chaillon. Selon cet observateur, la ministre aurait signifié qu’elle ne souhaitait pas centraliser les emplois à Yellowknife.


Néanmoins, pour la mairesse de Fort Smith, Lynn Napier Buckley, le fond de la proposition demeure de déménager l’administration centrale à Yellowknife et cette perspective l’inquiète. « Mme Cochrane a parlé de remplacer les emplois perdus, explique-t-elle, mais sans montrer de plan ni avancer de chiffres. Le gouvernement doit vraiment regarder ça avant d’aller de l’avant. » La mairesse n’a pu quantifier l’impact économique de l’administration à Fort Smith.
Que ce soit une université ou un collège, Mme. Napier Buckley désire que l’administration centrale demeure à Fort Smith. « Nous croyons que ce serait plus fort à Fort Smith, dit-elle. Il y aurait des occasions pour le président de se déplacer entre les trois campus comme ça a toujours été fait. »


Aurait-elle aimé que le député Louis Sebert appuie la volonté populaire de maintenir la tête du Collège dans le South Slave ? « Le dossier doit d’abord passer devant un comité [le Comité permanent sur le développement social NDLR] avant d’être approuvé, a esquivé la mairesse. Il y aura encore des opportunités pour que notre député puisse supporter Fort Smith. »


Le rapport
Le fameux rapport de la firme MNP et ses 67 recommandations a été fustigé par plusieurs personnes. « Une grande partie de l’information est mauvaise et trompeuse, dénonce la mairesse Napier Buckley, et le rapport n’a pas été vérifié par un comité indépendant. Oui, il y a des choses qui ont besoin d’être améliorées au Collège, mais je pense que le rapport est sévèrement biaisé. »


« Il contient des erreurs factuelles et des raccourcis » déplore le Fort-Smithois Pierre-Emmanuel Chaillon. Seulement 15 étudiants ont été consultés, donne-t-il en exemple, et l’extension qu’ils ont demandée pour répondre aux questions de la firme de consultants leur a été refusée.


« Le rapport parle aussi de sécurité, ajoute Pierre-Emmanuel Chaillon, mais, à mon avis, ici, c’est sécuritaire, il y a peu de criminalité et beaucoup de loisirs. »


« Oui, il y a certains problèmes au Collège, mais il y a eu du sous-financement durant plusieurs années et on n’a pas demandé de plan directeur. [...] Et si le gouvernement a échoué à gérer un collège, comment va-t-il réussir avec une université ? »


M. Chaillon trouve incompréhensible l’idée avancée par la ministre de l’Éducation d’évaluer tous les programmes du Collège pour ensuite les resituer dans un campus où ils « fonctionneraient » mieux.

Déficit d’attention
Même rejet de l’ancien ministre des Finances et actuel dirigeant de la firme de consultations North Raven, Michael Miltenberger. « Ce rapport, tonne-t-il, est rempli d’inexactitudes et ne supporte pas l’analyse, mais le gouvernement a insisté pour le rendre public. [...] Le budget d’Aurora a été diminué année après année. Le gouvernement n’a pas parlé à l’administration depuis quatre ans. Et quand les choses ne vont pas bien à cause du manque d’attention, il blâme le Collège. »


M. Miltenberger reproche en outre au gouvernement de ne pas partager d’informations vitales sur la situation, par exemple le nombre de poste en jeu, ce qui rend impossible l’analyse des actions gouvernementales en région, selon lui.
Avec des améliorations, des attentions et un engagement financier à long terme, croit-il, le Collège Aurora est viable et Fort Smith bénéficie de qualités attirantes : des habitations plus abordables que dans la capitale, l’accès à la fibre optique, la présence d’installations récréatives et des vols quotidiens pour Edmonton et Yellowknife.


La ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Caroline Cochrane, a annoncé que son gouvernement présentera une réponse officielle au rapport de la firme de consultants à l'automne 2018.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages