S'abonner à Médias Ténois

Fort Smith commence sa guérison

La mairie de Fort Smith. (Crédit photo : Thomas Chabot)

La mairie de Fort Smith. (Crédit photo : Thomas Chabot)

Le processus de guérison débute à Fort Smith à la suite des évènements du 4 mars. Le suspect, un adolescent de 17 ans, a été arrêté par la Gendarmerie royale du Canada le 6 mars en fin de journée.

Thomas Chabot, IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

Pour le rappel des faits, le 4 mars, la GRC de Fort Smith émet une recommandation de confinement aux résidents de la collectivité à la suite de plusieurs coups de feu. Dans ce même communiqué, la GRC confirme le décès d’une personne et le vol d’un véhicule du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO), un Ford Explorer blanc.

En réponse à l’incident, des renforts ont été déployés dans la ville la plus au sud des TNO, venant des autres collectivités ténoises. Dans un communiqué de presse envoyé le 5 mars, la GRC disait continuer la recherche du suspect.

« Cet incident a ébranlé le sentiment de sécurité dans la communauté et affecte plusieurs résidents, mais la GRC s’engage à fournir les ressources nécessaires pour clore le dossier », témoigne l’inspecteur Larocque dans ce même communiqué.

Le 6 mars au matin, une mise à jour est envoyée signalant qu’une opération policière était en cours à Fort Smith et que la GRC détenait deux mandats d’arrêt contre l’individu, le premier pour agression armée et le deuxième pour défaut de se conformer à une ordonnance de probation.

L’identité du suspect mineur, considéré comme ayant accès à des armes et étant potentiellement dangereux, a aussi été dévoilée. Quelques heures plus tard, l’inspecteur Larocque signale l’arrestation du suspect à Fort Smith.

L’individu mineur fait désormais face à deux chefs d’accusation pour introduction par effraction, le premier pour le bureau de l’Administration des terres et le second pour une résidence privée. Il fait aussi face à un troisième chef d’accusation pour usage négligent d’une arme à feu. L’autopsie de la victime a eu lieu le 9 mars à Edmonton.

Avec l’arrestation du suspect, le processus de guérison a pu débuter dans la collectivité du Slave Sud. Des services d’aide ont été mis sur pied et des thérapeutes sont sur place pour offrir du support aux résidents impactés.

Le Centre de l’amitié de l’Uncle Gabe a fait savoir à Médias ténois que « le processus de guérison pour la collectivité prendra du temps, cet évènement a été très traumatisant pour plusieurs, mais nous sommes surs que nous nous unirons et nous nous aiderons les uns et les autres ».

Si le suspect est arrêté, l’enquête ne l’est pas pour autant. Dans un communiqué de presse envoyé le 8 mars, la GRC faisait savoir que les fusils de chasse volés lors des introductions par effraction n’avaient toujours pas été retrouvés.

La GRC demande à toutes personnes détenant de l’information à propos de cet incident d’appeler la division de Fort Smith de la GRC au 867 872 -1111, ou par l’application Crimestoppers au www.p3tips.com


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.