L'allonge Radio Taïga : Force tranquille

11 juillet 2019
L'autrice et interprète Ariel Engle, alias La Force, oscille entre son projet solo et son implication auprès du groupe Broken Social Scene. (Courtoisie : La Force)

L'autrice et interprète Ariel Engle, alias La Force, oscille entre son projet solo et son implication auprès du groupe Broken Social Scene. (Courtoisie : La Force)

Pour prolonger le plaisir des journées infinies de l’été boréal, chaque semaine Radio Taïga sort les chaises longues et s’étend avec un artiste en vedette au festival Folk On The Rocks 2019. Cette semaine : La Force !

La carrière de la chanteuse Ariel Engle suit une progression inquiétante.


On la connait d’abord pour son implication au sein de la cultissime formation indy rock Broken Social Scene, collectif au sein duquel elle collabore toujours, puis comme moitié féminine du duo AroarA et, désormais, en tant qu’artiste solo avec son remarqué projet La Force.


« Le prochain projet, ça va être avec personne », blague-t-elle.


Mais La Force est humble. Elle insiste : même toute seule, elle demeure une joueuse d’équipe.


« En réalité, pour la composition musicale, commente-t-elle, j’ai travaillé avec mon partenaire, Andrew Whiteman, avec qui je joue dans Broken Social Scene. Alors, oui, c’est un projet solo, mais il m’a vraiment beaucoup aidée. [...] Et, au niveau de la représentation, je fais également à l’occasion des performances seule sur scène. Parfois nous sommes deux ou en formule trio. Donc, dans ce sens, c’est vraiment mon projet solo, mais derrière le solo, on retrouve beaucoup de gens. »
« [Être à la tête du projet], ça m’offre une liberté, c’est sûr, mais aussi une responsabilité parce que j’en partage moins. Quand on joue avec plusieurs personnes, la responsabilité est partagée et le message est collectif. »

C’est donc pour livrer un message plus personnel, qu’Ariel Engle a osé ce virage. Elle aborde des sujets tels que la maternité, le deuil de son père ou la crise de la quarantaine.


« Ce sont des sujets très personnels, mais en même temps, je pense que plusieurs personnes peuvent s’y retrouver. »

Liturgie séculière
Pour Ariel Engle, alias La Force, la musique revêt une dimension spirituelle, et ce, même si l’artiste ne se réclame d’aucune piété.


« J’aime beaucoup la musique religieuse et spirituelle produite à travers le monde, le plus souvent chantée dans des langues que je ne comprends pas.

Ça me touche beaucoup et, pourtant, je n’ai pas grandi [dans la foi]. Mes parents sont de traditions religieuses différentes : juive et chrétienne. Mais ma famille était complètement athée. Je trouve que dans la musique, il y a vraiment un langage universel et ça permet des moments de transcendance, autant pour les gens qui la jouent que pour ceux qui l’écoutent. Et ce sont ces instants de plénitude et de communion qui m’attirent dans la musique. »

C’est Folk On The Rocks en fin de semaine ! Bon festival !

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.