Sur les planches : Florent Vollant ouvre la nouvelle saison

L'artiste innu Florent Vollant ouvrira la 35e saison du Northern Arts and Cultural Center le 7 septembre. (Source: Florent Vollant)

L'artiste innu Florent Vollant ouvrira la 35e saison du Northern Arts and Cultural Center le 7 septembre. (Source: Florent Vollant)

Il y aura de l’opéra, de la danse, du rock et du sing along sur la scène du NACC.
 

Le lancement virtuel de la saison 2019-2020 du Northern Arts and Cultural Centre (NACC) a été bouleversé par une panne d’Internet qui a touché tout Yellowknife ; n’empêche, la directrice de l’établissement, Marie Coderre, n’est pas peu fière de cette 35e saison marquée par plusieurs premières.


Florent Vollant, la moitié de l’ancien groupe Kashtin, ouvrira la saison le 7 septembre, accompagné de plusieurs musiciens.


La notoriété du duo innu a dépassé les frontières du Québec et Florent Vollant, en solo, s’est aussi illustré dans le reste du Canada.


« Il est très connu ici, assure Marie Coderre, tous ceux qui ont plus de 35 ans le connaissent. Il est très rassembleur. »
Mme Coderre rappelle que le chanteur et guitariste, dont le dernier album, Mishta meshkenu, est paru il y a environ un an, a rempli le Musée Prince-de-Galles en 2012.


« C’était rempli à 90 % d’Autochtones, dit-elle. Florent Vollant crée un beau lien entre la francophonie et les Autochtones. » Il chantera d’ailleurs en français et en innu,


Selon la directrice du NACC, Florent Vollant est sélectif dans ses spectacles ; elle s’est montrée ravie qu’il accepte de se produire, en quatuor, dans la capitale ténoise.

Spoken
En collaboration avec Ice Black Sound, le NACC présente, le 28 septembre, un duo de pianos formé de la Yellowknifienne Carmen Braden et d’Anastasia Rizikov. À 20 ans seulement, cette dernière est en train de se tailler une place sur la scène internationale. Ce spectacle lance d’ailleurs au NACC la nouvelle série Rising star.


Comme les années précédentes, le Kok’e Spoken Word and Music Festival est presque exclusivement consacré aux talents autochtones. Le 20 septembre, le NACC propose une soirée avec Gail Cyr, Jesse Wheeler, Ollie Williams et Cliff Cardinal.


Gail Cyr a occupé différents postes dans les domaines social et politique pendant plusieurs années. Elle racontera différents moments de sa vie, dont son enfance au Manitoba, tout comme son fils Jesse Wheeler, de Cabin Radio. Cette rencontre mère-fils est animée par le journaliste Ollie Williams, également de Cabin Radio.


« Ça va faire rire et être très émotionnel en même temps », commente Marie Coderre.


Le poète et musicien Cliff Cardinal leur succèdera sur la scène à Yellowknife. « Il est très connu pour son humour noir. C’est un artiste émergeant à l’échelle de la scène canadienne », affirme Mme Coderre.


Le 21 septembre, place à Digawolf et Johnny Landry.


Compositeur, chanteur, guitariste inspiré et libre, Digawolf est un des plus grands talents des Territoires du Nord-Ouest. Son dernier album s’intitule Yellowstone. Quant à Johnny Landry, c’est un vétéran du country qui écrit ses propres compositions et chante en slavey.


Digawolf jouera au Cinéplex Riverview de Hay River le 16 septembre. Le 18, il sera à l’Église du Sacré-Cœur de Fort Simpson. Sa tournée se poursuit ensuite avec Cliff Cardinal. Ils seront le 23 au Roaring Rapids Hall de Fort Smith, le 24 au Dennis Drolet Community Hall de Norman Wells et le 26 au Midnight Sun Complex d’Inuvik.

Danse
Autre tournée et autre première pour le NACC, la compagnie de danse québécoise Cas public sera à Fort Simpson (14 octobre), Hay River (16 octobre) et Fort Smith (17 octobre), pour atteindre la capitale le 19 octobre.


La troupe de la chorégraphe est de stature internationale, selon Marie Coderre. Sa dernière création, Cendrillon/Not quite midnight, se veut une relecture contemporaine et rythmée de Cendrillon destinée aux neuf ans et plus et met l’accent sur les notions de courage et de dépassement. Produire dix danseurs et danseuses aux Territoires est un défi logistique considérable, affirme Marie Coderre.


Nouveauté encore, celle de l’implantation en terre ténoise du concept Sing along, alors qu’un maitre de cérémonie incite l’audience à participer à la bande sonore d’un film (sous-titré) durant sa projection. Ça commence sur les chapeaux de roues avec le cultissime Rocky Horror Picture Show le 25 octobre, pour se poursuivre avec le Roi Lion le 16 novembre et La mélodie du bonheur le 11 janvier.

Montagnes et opéra
Le 15 novembre marque le retour au NACC du Festival international de film de montagnes de Vancouver. Quoi de plus agréable que de boire une bière dans un fauteuil confortable en regardant ces fous risquer leur vie à gravir — ou descendre — les cimes de ce monde ?


Le lendemain, le gagnant du concours 2017 de l’Orchestre symphonique de Montréal Manuvie, le flutiste Benjamin Morency, propose un répertoire classique et contemporain, accompagné du pianiste Hugues Cloutier. En mars 2018, M. Morencuy, a interprété Prélude à l’après-midi d’un faune (Claude Debussy) au Carnegie Hall de New York.


Dernière première, celle d’un concert spécialement conçu pour le NACC et basé sur des répertoires de gospel et d’opéra choisis pour le temps des Fêtes.


Le spectacle met en vedette le chanteur de basse d’origine ghanéenne Kofi Hayford, ainsi que Maria Brea, Vita Korenova, Antonio Watts et Errin Brooks, qui seront accompagnés du pianiste William Hicks.


C’est le 7 décembre, juste après les célébrations, avec champagne, canapés et musique, du 35e anniversaire du NACC.


Messieurs Hayford et Hicks effectueront aussi une tournée qui les mènera à Norman Wells (30 novembre), Inuvik (2 décembre), Fort Simpson (5 décembre) et Hay River (9 décembre).


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.