OBNL : Financement pluriannuel au féminin

Premier plan : Cherish Winsor, Lyda Fuller (YWCA), Candice Lys. Arrière-plan : Glen Coulthard, Kelsey Wrightson (Dechinta), Bree Denning
(Yellowknife Women’s Society), Jennifer Waugh (Alietum) et le député des Territoires du Nord-Ouest Michael McLeod. (Crédit photo : Denis Lord)

Premier plan : Cherish Winsor, Lyda Fuller (YWCA), Candice Lys. Arrière-plan : Glen Coulthard, Kelsey Wrightson (Dechinta), Bree Denning (Yellowknife Women’s Society), Jennifer Waugh (Alietum) et le député des Territoires du Nord-Ouest Michael McLeod. (Crédit photo : Denis Lord)

Dechinta veut améliorer les aptitudes à la gouvernance des femmes autochtones.

Quatre organisations à but non lucratif (OBNL) des Territoires du Nord-Ouest recevront un total de 1,6 M$ sur plusieurs années. Une première, alors que partout au Canada ces organisations se sont plaintes à maintes reprises de l’incertitude dans laquelle le financement annuel les plongeait.

« La plus grande chose, c’est que ça nous permet de planifier, commente la directrice générale de Yellowknife Women’s Society, Bree Denning. C’est l’assurance que nous serons capables d’aller au bout du travail et que nos efforts ne seront pas gaspillés. »


L’organisme recevra un financement de 268 800 dollars pour son projet « Yellowknife Women’s Society Capacity and Sustainability Revitalization », qui vise à améliorer ses capacités en matière de ressources humaines, de stabilité financière et de mobilisation.

FOXY
Les objectifs de FOXY sont de promouvoir des relations saines ainsi que la santé mentale et sexuelle chez les jeunes en général et les femmes en particulier.


FOXY recevra 371 526 $ sur quatre ans pour aider à promouvoir l’égalité des femmes autochtones dans le Nord.
Dans un premier temps, l’organisme développera sa planification stratégique pour, l’année suivante, chercher à diversifier ses sources de revenus.


« La troisième année, révèle la directrice générale Candice Lys, nous allons mettre l’accent sur la durabilité et un plan de relève. La quatrième année est concentrée sur la gouvernance du conseil d’administration, afin d’aider notre organisation avec la durabilité. »

Dechinta
Le Centre de savoir et d’apprentissage Dechinta recevra un financement trisannuel de 363 966 $. Ici encore, on parle d’améliorer la gouvernance, notamment par la formation. « Nos voulons nous assurer que nous sommes à jour dans les meilleures pratiques pour inclure les femmes autochtones dans la gouvernance, précise la directrice générale de Dechinta, Kelsey Wrightson. »


Dans sa dernière année budgétaire, l’organisme travaillera à rendre ses formations disponibles au plus grand public possible, particulièrement pour les femmes et les LGBTQS.

YWCA
« Dans une perspective de mobilisation, observe la directrice générale du YWCA, Lyda Fuller, nous avons certainement besoin de financement pluriannuel pour accomplir quoi que ce soit. [Ce financement] va nous permettre de développer des partenariats et d’améliorer ceux qui existent. »


Le YWCA NWT utilisera une partie de son financement de 603 415 $ pour promouvoir l’égalité entre les sexes.
Les sommes proviennent du ministère des Femmes et de l’Égalité des genres.

Sous-financement
Le financement pluriannuel pour les OBNL de femmes était une promesse de la campagne électorale de 2015, rappelle le député libéral fédéral des TNO. Michael McLeod a remplacé la ministre Maryam Monsef lors de l’annonce de ces financements au Center for Northern Families, le 15 avril dernier. « Les programmes pour les femmes étaient sous-financés, précise-t-il, et ne permettaient pas la planification à long terme parce que le financement était annuel et les programmes changeaient. »


L’entreprise Alietum, dirigée par Jennifer Waugh, a reçu 100 000 $ pour l’achat d’une technologie de télédétection pilotée par un aéronef.


Alietum est spécialisée dans la capture de données de terrains grâce à des drones.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages