Vie citoyenne : Et si les résidents permanents pouvaient voter??

Hôtel de Ville de Yellowknife. (Crédit photo : Vincent Desforges)

Hôtel de Ville de Yellowknife. (Crédit photo : Vincent Desforges)

Le 24 février, le député de Yellowknife Nord, Rylund Johnson, a mis de l’avant l’idée de déposer un projet de loi d’initiative parlementaire?: donner le droit de vote aux résidents permanents aux élections municipales aux TNO. 

Alors que la population immigrante atteint 15 % de la population de la capitale ténoise, selon le député, cette mesure encouragerait l’implication des citoyens dans les affaires municipales. M. Johnson a répété qu’une telle proposition n’aurait aucune incidence sur les travaux parlementaires prévus.
Il explique que « le ministère des Affaires municipales et communautaires ne devrait pas avoir son mot à dire sur ce sujet parce qu’il est purement politique. De plus, le directeur général des élections ne consulterait la proposition que si elle passait toutes les étapes législatives. Ainsi, le rôle du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest sera assez limité dans ce dossier. »

Enjeux socioéconomiques
Linda Bussey, présidente du Partenariat d’immigration locale de Yellowknife et directrice de la Fédération franco-ténoise et François Afane, directeur général du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest et gestionnaire du Centre de services intégrés, ont présenté les bénéfices d’un tel projet de loi. Pour illustrer l’implication des résidents permanents à la vie nordique et justifier l’importance qu’ils puissent exercer leur droit civique, M. Afane a conceptualisé un terme qu’il appelle « l’impôt du Nord ».
« Une famille de six personnes voulant avoir la résidence permanente doit passer un examen médical et un test de langues. De plus, elle doit payer son transport aller-retour jusqu’à Edmonton parce que ce n’est pas offert à Yellowknife. C’est ce que j’appelle l’impôt du Nord. […] Parce que cette même famille n’aurait pas besoin de payer ces frais si elle habitait à Toronto », explique-t-il.
D’après M. Afane, plusieurs immigrants quittent les TNO à l’obtention de la résidence permanente, en raison de ces frais. Il estime que d’obtenir le droit de vote agirait comme un incitatif pour les retenir.
La mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty, a ajouté qu’un tel projet de loi correspond avec la vision communautaire de la ville d’être inclusive. Selon elle, donner le droit de vote aux résidents permanents diminuerait les inégalités socioéconomiques.
« Comme payer des impôts et faire son devoir de juré, les résidents permanents réalisent déjà plusieurs droits civiques que les citoyens canadiens sont obligés de faire », détaille la mairesse.

Prochaines étapes
Le 9 mars prochain, le Conseil municipal tiendra un vote sur ce sujet. Selon, M. Johnson, si le conseil municipal vote en faveur du projet, il déposera un projet de loi d’initiative parlementaire au mois de juin, avant la période estivale.
À la reprise des travaux parlementaires, 120 jours plus tard, le projet devra être adopté par une majorité de députés de l’Assemblée législative.
Dans l’éventualité que le projet de loi navigue sans écueil le processus législatif, les résidents permanents pourraient obtenir le droit de vote à temps pour les prochaines élections municipales, en 2022.
Si cela fonctionne, Yellowknife serait la première capitale canadienne où les résidents permanents obtiendraient le droit de vote au niveau municipal.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561