Tourisme : Et la francophonie??

Le directeur général et le président du RDÉE Canada. Jean-Guy Bigeau et Mike St-Onge. (Crédit photo: Denis Lord)

Le directeur général et le président du RDÉE Canada. Jean-Guy Bigeau et Mike St-Onge. (Crédit photo: Denis Lord)

Le RDÉE déplore l’oubli de la francophonie dans la stratégie fédérale pour la croissance du tourisme.

Le directeur général du Réseau de développement économique et d’employabilité du Canada (RDÉE Canada), Jean-Guy Bigeau, déplore « l’absence incroyable » de la francophonie dans la stratégie fédérale pour la croissance du tourisme dévoilée par Mélanie Joly le 21 mai.

Le RDÉE et ses partenaires provinciaux et territoriaux – dont le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO) – ont élaboré un réseau touristique pancanadien appelé Corridor, constitué de lieux patrimoniaux, culturels et autres qui offrent des services en français.


Le projet a été développé avec Patrimoine canadien, alors que Mme Joly dirigeait le ministère, et est partenaire de Destination Canada, qui fait la promotion du pays à l’étranger. Le Corridor est en quelque sorte son volet francophone, explique M. Bigeau.


« [Mme Joly] sait que nous sommes très impliqués dans ce domaine, dit-il. Nous avons été très surpris de savoir qu’elle a déposé une stratégie, mais qu’elle n’a pas ciblé la francophonie comme étant un attrait touristique. »


« Le Canada est un pays bilingue. Où est la composante francophone ? Les Premières Nations sont bien ciblées, la variété gastronomique est ciblée, et d’autres choses, mais la francophonie n’est pas ciblée du tout. Pour nous, c’est un grand manque. »


M. Bigeau souligne que cette omission survient alors qu’on fête le 50e anniversaire des langues officielles, un dossier dont Mme Joly est mandataire.


« Elle a été mal conseillée, je pense. [...] Nous allons revendiquer, nous allons faire le point, et nous espérons qu’elle va être capable de se réajuster. »

Promotion à l’étranger ?
Il a fallu 3 M$ et presque deux ans pour mettre sur pied le Corridor, qui est un succès sur toute la ligne, selon M. Bigeau et son président Mike St-Onge.


« La seule inquiétude que j’ai, dit le premier, c’est que je veux que ça continue. Il ne faut plus que ce soit un projet, il faut que ça soit une affaire. »


En conséquence, RDÉE Canada, qui travaille désormais en partenariat avec le Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique (RVFFA), a demandé au ministère du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie un financement de 1,46 M$ pour trois ans afin d’engager un peu de personnel et d’accroitre les services.


M. St-Onge souhaite faire la promotion du Corridor à l’étranger. « Il faut que ça soit validé par le conseil d’administration », nuance-t-il.


Le RVFFA et RDÉE Canada présenteront le Corridor au Congrès mondial acadien en aout prochain.

Petite enfance
Les membres provinciaux et territoriaux du RDÉE Canada étaient de passage à Yellowknife pour une réunion du conseil d’administration de l’organisme.


Le RDÉE alterne de lieu pour tenir ses conseils d’administration. « C’était le tour de Yellowknife, précise M. St-Onge.

Nous avons demandé à Jean-François Pitre [président du CDÉTNO], et il nous a accueillis à bras ouverts. »


L’assemblée générale annuelle de l’organisme aura lieu à Halifax en septembre.


Le RDÉE Canada gère un fonds quinquennal de 20 M$ pour la petite enfance provenant du Plan d’action sur les langues officielles.


« Nous sommes en partenariat avec la Commission nationale des parents francophones et l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne pour développer une stratégie nationale en matière de petite enfance en français, précise M. Bigeau. Nous venons d’attribuer 1 M$ pour des projets dans la région. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages