COVID-19 : Éducation francophone connectée

L’enseignante de l’école Allain St-Cyr en pleine visioconférence avec ses élèves de prématernelle. 
(Courtoisie Christine Ratel)

L’enseignante de l’école Allain St-Cyr en pleine visioconférence avec ses élèves de prématernelle. (Courtoisie Christine Ratel)

Assurer la continuité. Si les élèves des Territoires du Nord-Ouest ne retournent plus cette année sur les bancs de l’école, l’apprentissage reste toujours aussi actif malgré un début difficile. « On a eu un petit deuil lorsque l’on a su qu’on ne finirait pas le cursus ensemble. C’était une classe merveilleuse que nous avions cette année », explique Christine Ratel, professeure pour les prématernelles à l’école Allain St-Cyr de Yellowknife.
Pour remédier à cette situation particulière, l’enseignante et son adjointe, Laurence Rivet-Jaque, ont créé un groupe Facebook. Il permet de conserver les contacts entre parents et les enfants de la classe. Sur cette page, chacun met des photos ou des vidéos des activités réalisées à la maison. « On a l’impression d’être ensemble », atteste Mme Ratel.
« C’est important pour un enfant de garder ce lien avec ses amis, son école, son enseignant », estime l’assistante.
À cette initiative s’ajoutent, au moins deux fois par semaine, des visioconférences avec les élèves et leurs parents, si ces derniers ont le temps et l’envie. Tous ensembles, ils jouent et apprennent grâce à des activités en ligne. « La semaine prochaine, par exemple, on a prévu un bingo, détaille la professeure. Je leur ai envoyé par courriel des cartes à imprimer. »

Soutien à la 12e année
Période cruciale, la douzième année, la dernière du secondaire, est l’une des priorités de la Commission scolaire francophone des TNO (CSFTNO). Les tests de fin de programme sont habituellement menés par un autre établissement. Cependant, « on sait déjà que l’Alberta a annulé tous ses examens, donc ils seront réalisés cette année par nos enseignants », confirme la directrice générale de la CSFTNO, Yvonne Careen. D’après elle, il n’y a pas de différence entre les régions : « Nous sommes assez fiers de dire que les évaluations de nos enseignants s’avèrent assez justes. »
L’examen des notes finales sera également modifié dans tout le Canada. « Nous sommes tous dans le même bateau », affirme Mme Careen.
« Il va y avoir des défis, c’est certain, mais on est très confiants pour l’avenir, et on célèbre ce qui a été fait à ce jour. »

Soutien aux parents
« J’ai reçu un ou deux appels paniqués », se souvient Pierre Cook, enseignant en 5e et 6e année à l’école Boréale. L’établissement situé à Hay River est fermé depuis les recommandations du ministre de l’Éducation, le 26 mars, soit une semaine avant les vacances scolaires dans cette partie du Slave Sud.
Guider les enfants, c’est aussi rassurer les parents. « Je m’organise pour que les devoirs soient une routine autonome pour mes élèves, qu’ils ne dépendent pas totalement de leurs parents », soutient le professeur.
Ainsi, si un grand nombre d’activités font partie du programme, les enseignants se veulent compréhensifs vis-à-vis des parents qui doivent s’adapter à ce fonctionnement pas toujours évident.
Une semaine avant la fermeture des classes, Christine Ratel et Laurence Rivet-Jaque se sont entretenues avec chacun des parents des élèves. « On leur a demandé comment ça se passait à la maison, qui des deux travaillait. J’ai également envoyé des documents afin de résoudre les conflits », de dire l’enseignante.
L’adjointe met également le doigt sur un des aspects inhérents aux classes de prématernelles : « L’avantage est que les parents sont obligés d’être présents pendant les entretiens hebdomadaires, sinon ce serait très difficile de les garder longtemps, mais on garde plus facilement contact. »

Familles exogames
Un aspect important est à prendre en compte dans cette nouvelle configuration : certains élèves ne parlent qu’anglais chez eux, et perdent alors la pratique de la langue française quotidienne à l’école. « La préoccupation première de beaucoup de familles exogames est la francophonie. Donc, avec l’ensemble des professeurs, on organise des groupes de francisation », explique Mme Ratel. Une à deux fois par semaine, des cours sont alors donnés en plus pour les élèves qui en ont besoin. « C’est génial de voir toute l’énergie que fournissent les parents dans les projets que l’on met en place, ça me touche. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561