Assemblée législative : Déversements pétroliers: augmenter la responsabilité

01 novembre 2018
Le ministre de l'Industrie, du Tourisme et de l'Investissement, Wally Schumann. (Crédit photo: Denis Lord)

Le ministre de l'Industrie, du Tourisme et de l'Investissement, Wally Schumann. (Crédit photo: Denis Lord)

La limite de responsabilité actuelle se situe entre 10 M$ et 40 M$.

Alors que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest œuvre à la mise à jour sa Loi sur les opérations pétrolières, le député de Frame Lake, Kevin O’Reilly, a interpellé, à ce sujet, le ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement (ITI), Wally Schumann, lors de la période de débats, le 18 octobre dernier.


M. O’Reilly s’est insurgé contre le caractère vétuste de la réglementation sur les limites de responsabilité pour les déversements et les débris. Les limites de responsabilité sont fixées entre 10 M$ et 40 M$, dépendamment du lieu de l’accident environnemental. Si le cout des dommages excède ces limites, le gouvernement et les citoyens devront en assumer une part, déplore M. O’Reilly.


Il a demandé pourquoi la loi n’a pas été mise à jour avec une hausse de responsabilité, faisant remarquer les recommandations en ce sens du Vérificateur général du Canada de 2012. Le député cite en exemple la Norvège et le Groenland qui ne plafonne la responsabilité des pollueurs.

Amendements à la loi
Le ministre Schumann a acquiescé sur le côté ancien de la loi héritée de la législation fédérale d’avant la dévolution et qui fait présentement l’objet de consultations par le Bureau de l’organisme de réglementation des opérations pétrolières et gazières des TNO (BOROGP).


Il a affirmé que son gouvernement est préoccupé par la responsabilité. Mais le mandat du BOROGP a trait à la loi, et non à la réglementation, dit-il.


Contrairement à ce qu’avance le député de Frame Lake, rétorque le ministre, la loi ne peut être changée facilement, sans consultation avec les gouvernements autochtones par exemple.


Le ministre d’ITI juge que s’occuper maintenant de réglementation, alors qu’il n’y a aucune activité dans ce secteur, serait une mauvaise gestion du temps. Si les amendements à la loi sont adoptés durant cette assemblée, la révision et la modernisation de la réglementation suivra, a-t-il dit.


M. Schumann n’a pas directement répondu à M. O’Relly, qui lui demandait s’il reconnaissait que l’actuel plafond de responsabilité créait un risque financier pour le GTNO. Il a plutôt affirmé qu’aux TNO, le pollueur paye lorsqu’il est en faute et que son gouvernement cherche à combler le vide juridique entourant les puits inactif et à clarifier les responsabilités des opérateurs pétroliers aux TNO.


Le BOROGP recueille des commentaires des intervenants sur la gestion des couts potentiels des rejets et des débris relatifs aux activités ou aux infrastructures pétrolières et gazières jusqu’au 28 février 2019.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages