Cabane à sucre : Deux fois plus de tire

07 mars 2003
0 Commentaire(s)
Malgré le changement de formule du Caribou Carnaval, l’Association franco-culturelle de Yellowknife (AFCY) a décidé de tenir sa cabane à sucre annuelle sur le site du festival, qui aura lieu cette année le 28 mars, dans le stationnement de l’Hôtel de Ville de Yellowknife. L’organisme n’a toutefois pas attendu que le conseil d’administration du carnaval décide d’aller de l’avant malgré ses déboires financiers et a également planifié d’autres cabanes à sucre. La tire d’érable sera donc offerte à la population lors de la course de motoneiges qui se tiendra à Dettah le 22 et le 23 mars prochain. Le roi de la neige, Tony Foliot, a également approché l’AFCY pour organiser une cabane à sucre sur le site de son château de neige, lors de la fin de semaine du 29 et du 30 mars. Au total, l’AFCY et ses bénévoles vendront de la tire durant cinq jours, soit deux jours de plus que lors des années précédentes.

La coordonnatrice de l’AFCY, Danielle Couillard, a bon espoir que cette levée de fonds soit aussi lucrative que d’habitude, malgré les changements apportés cette année. « Je pense qu’on va pouvoir aller chercher autant d’argent, étant donné qu’on vise trois sortes de clientèles différentes. En s’étalant sur cinq jours au lieu de trois, ça devrait être très bien. » Les évènements auxquels prévoit participer l’AFCY attirent beaucoup de monde. Jean-François Pitre, qui organise la course de motoneiges, a estimé que plus de 1000 visiteurs se sont déplacés l’an dernier dans la communauté de Dettah. L’organisme francophone amasse, en moyenne 3 000 dollars à chaque année avec sa cabane à sucre.

Le dénouement de cette histoire aurait pu ne pas être heureux. Le conseil d’administration du Caribou Carnaval avait annoncé, il y a quelques semaines, l’annulation du festival. Peu de bénévoles avaient manifesté leur désir de participer à l’activité. Le c.a. a fait volte-face lors de la dernière semaine de février, annonçant que le festival aurait lieu, mais au cours d’une seule journée. Une vague de support de la communauté a déferlé sur l’organisation à but non-lucratif, ce qui a réglé le problème des bénévoles. Par contre, l’organisation fait face à une hausse des coûts d’assurances, ce qui limite l’activité à une seule journée. La présidente du Caribou Carnaval, Ellie Sasseville, explique cette hausse de coûts reliés à la sécurité aux évènements du 11 septembre 2001. Selon la présidente, les coûts d’assurance ont augmenté de 20 à 25 %, ce qui représente beaucoup pour une organisation à but non-lucratif. Les frais de sécurité ont, de leur côté, triplé par rapport aux années précédentes. C’est pourquoi le festival aura lieu sur la terre ferme, et non plus sur le lac Frame. « Nous avons jugé qu’il aurait été irresponsable, de notre part, d’organiser un carnaval aussi gros que d’habitude, en sachant que nous faisons face à un déficit », a mentionné la présidente.

Cette épreuve est un mal pour un bien, car l’organisation du festival a dû revoir sa formule, qui était devenu statique après plusieurs années. « Le carnaval a besoin d’une remise en forme. Peut-être moins de vendeurs de nourriture et plus d’activités », explique Ellie Sasseville. Cette année, presque tout se déroulera dehors, en un seul après-midi, avec des feux d’artifices en clôture de soirée. Un retour à ce qui se faisait dans les années 1970, selon la présidente. « Ça nous donne la chance d’essayer de nouvelles choses cette année. Nous estimons qu’il y aura plus de participants, car tout se déroulera en un seul après-midi. » La traditionnelle course de chiens de traîneaux n’a pas été annulée et se tiendra tout au long de la fin de semaine.

La participation des organismes affiliés a été simplifiée et plus aucune cotisation n’est dorénavant exigée. « C’est très simple cette année, explique Danielle Couillard. C’est premier arrivé, premier servi. On va essayer d’arriver le plus tôt possible pour avoir le meilleur emplacement. » Lors des années précédentes, l’AFCY pouvait payer quelques centaines de dollars pour avoir pignon sur rue lors du festival.

Le recrutement des bénévoles pour la cabane à sucre est déjà commencé. L’AFCY prévoit avoir besoin d’une soixantaine de bénévoles pour combler l’horaire des cinq journées d’activités. Ceux qui veulent donner un coup de main à l’organisme peuvent contacter Danielle Couillard, au 873-3292.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages