Agriculture : Des subsides à saisir

18 juillet 2019
Le directeur de la division de la Diversification économique du ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, Joel Holder. (Courtoisie GTNO)

Le directeur de la division de la Diversification économique du ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, Joel Holder. (Courtoisie GTNO)

Deux programmes du GTNO sont conçus pour aider l’essor du secteur agroalimentaire.

Les personnes qui souhaitent profiter des subventions du Partenariat canadien pour l’agriculture ont jusqu’au 31 mars pour le faire.


« Nous sommes au milieu de la période de demandes de subventions », explique le directeur de la division de la Diversification économique du ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, Joel Holder, ajoutant qu’avant le moment des semences, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a reçu un grand volume de demandes.
Le programme conjoint fédéral-territorial Partenariat canadien pour l’agriculture (PCA) a remplacé Cultivons l’avenir 2 l’an passé. « Ça a été une transition harmonieuse, avance M. Holder. Je pense que nous avons été les premiers signataires de l’entente. »


L’entente signée est valide pour cinq ans, jusqu’au 31 mars 2023. Soixante pour cent du financement proviennent du fédéral, pour un budget annuel total de 1,12 M$.


À sa première année de fonctionnement en 2018-2019, le programme a été si populaire que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a outrepassé son budget de 89 000 $, une somme qu’il doit déduire de son budget 2019-2020.


Subdivisé en différents programmes visant la formation, la recherche, le développement de marché, la sensibilisation, le PCA a favorisé le développement d’une grande diversité de projets à la grandeur des Territoires : construction de serres, participations à des conférences, achat de semences, de matériel d’apiculture, etc.

Financement
Les tributaires de subventions demeurent admissibles les années subséquentes, mais les demandes demeurent annuelles. « Ce que nous apprécions, précise M. Holder, c’est de savoir d’avance s’ils cherchent du financement pour plusieurs années. »


En 2019-2020, explique-t-il, le PCA a financé un mélange de nouveaux projets et de plus anciens, rendus à un autre stade de développement, par exemple le développement de marchés.


Le ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement offre un autre programme pour l’agriculture, celui-ci sans partenariat avec le fédéral. Il s’agit du Programme nordique de développement de nourriture.


M. Holder précise que ce programme offre beaucoup de similarités avec le PCA, sauf qu’une bonne partie de ses fonds sont destinés à appuyer les projets de pêcheries. Chaque région des TNO dispose d’un budget de 110 000 $ pour un total annuel de 550 000 $ pour l’ensemble du territoire.


Le financement par l’entremise du Programme nordique de développement de nourriture est disponible à l’année, il n’y a pas de date butoir.

Évolution
Aussi surprenant que cela puisse paraitre pour certaines personnes, l’agriculture a déjà été plus développée aux Territoires du Nord-Ouest, disparaissant ensuite du paysage à cause de l’amélioration des transports avancent certains, qui ont rendu les Ténois dépendant des importations interprovinciales.


« Dans un passé lointain, rappelle le directeur de la division de la Diversification économique, l’agriculture aux TNO était associée aux gros pensionnats indiens, la GRC, les missions et les mines. Les compagnies avaient de grosses fermes pour nourrir les travailleurs. Il y a eu ensuite une perte d’intérêt, mais ça a ressurgi. »


« Nous envisageons l’agriculture comme une façon de remplacer l’importation de nourriture, de produire une nourriture saine disponible à travers les TNO et de générer des débouchés économiques pour les collectivités. »


Selon Joel Holder, l’agroalimentaire se dirige vers l’autosuffisance. « Nous voyons déjà une très rapide amélioration dans le nombre de producteurs, argue-t-il. Leurs produits se vendent toujours au complet. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages