Parlement jeunesse pancanadien : Des jeunes du Nord se mobilisent

La délégation des politiciens en herbe des TNO?! Éli Zantoko-Lubaki, Samuel Gilbert, Amélie Schwarz et Alice Twa. 
(Crédit photo : Xavier Archambault)

La délégation des politiciens en herbe des TNO?! Éli Zantoko-Lubaki, Samuel Gilbert, Amélie Schwarz et Alice Twa. (Crédit photo : Xavier Archambault)

Le coordonnateur jeunesse de la Fédération franco-ténoise, Xavier Archambault, vient tout juste de revenir du parlement jeunesse pancanadien qui se tenait à Ottawa du 8 au 12 janvier 2020. Et l’accompagnateur s’est dit grandement fier des élèves qu’il chapeautait et enchanté de la manière dont les choses ont tournée. Non seulement des amitiés pancanadiennes se sont tissées, mais également des complicités interterritoriales.

Coup de théâtre, à un certain moment, une rébellion s’est formée au sein des trois partis politiques et un nouveau parti s’est constitué pour représenter les intérêts du Nord. Manifestement, cet incident a stimulé les jeunes, parce que tout à coup, il y avait de l’action. Le Nord a alors pris une grande place dans les sujets de débats. Cet épisode-là ne faisait pas partie de la mise en scène initiale, ça s’est fait tout seul ! Xavier Archambault dit que les adolescents, qui n’avaient jamais participé à un tel exercice, ont été drôles et courageux ; ils ont su mettre de côté leurs peurs, leur réticence à prendre la parole en public pour faire sortir le meilleur d’eux-mêmes.
En entrevue, un des participants d’Allain St-Cyr, Samuel Gilbert, confirme qu’il ne savait absolument rien de la politique qu’il trouvait sans intérêt. Le PJP, en plus de lui apprendre plein de choses sur ce monde fascinant, a réussi, ni plus ni moins, à éveiller son intérêt pour la politique et à lui faire développer son sens du leadeurship. Celui qui compte poursuivre des études universitaires à Kingston, en Ontario, aimerait bien pouvoir y participer à nouveau, dans deux ans. « Je ne serai pas loin d’Ottawa », argüe-t-il. Mission accomplie pour le coordonnateur jeunesse alors qu’il explique que le PJP sert : « à connaitre davantage la politique ».
Le parlement jeunesse pancanadien réunit des jeunes d’expression française de partout au Canada pour leur faire vivre une simulation de séances parlementaires et les initier à l’engagement politique et citoyen. L’évènement se tient aux deux ans depuis une vingtaine d’années. « Ils comprennent c’est quoi la politique. Comment ça marche — et pourquoi — parce que ça l’a une influence sur leur vie », de commenter Xavier Archambault.
« La réalité des provinces n’est pas la même que celle des Territoires. Je pense que les jeunes sont les laissés pour compte de la politique, qui semble jouer les hypocrites. On peut citer l’exemple de l’environnement. Un jour on dit oui l’environnement c’est important, des millions de personnes prennent d’assaut les rues, et l’autre jour, on construit des pipelines. Les jeunes ont des aspirations, ont des intérêts. Je pense que la politique, que ce soit n’importe quel parti politique, ne s’intéresse pas aux jeunes. » […] Puisque les jeunes sont des mineurs qui n’ont pas le droit de voter… Est-ce qu’on tient compte d’eux… ? […] Je pense que dans la société dans laquelle on vit, les ados, la génération de millénariaux qui veut construire un monde nouveau, sont frappés par un système qui est très archaïque et ne répond pas à leurs aspirations. […] Le gouvernement ne les écoute tout simplement pas, ne les comprend pas ou a peut-être peur du changement qu’ils pourraient apporter. »
M. Archambault poursuit : « Des évènements comme le PJP sert à ce qu’ils comprennent le monde dans lequel ils vivent, c’est quoi le fonctionnement, mais aussi ça leur permet de parler en public. De dire eh ! Je suis important. J’ai une voix. Je peux parler. » Les jeunes réalisent, à travers cet exercice démocratique, la force de la rhétorique ; le pouvoir de la prise de parole.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561