Élections fédérales : Des citoyens réclament un débat des chefs sur le climat

25 juillet 2019
Thomas Gagnon-van Leeuwen. (Gracieuseté de Notre moment Yellowknife)

Thomas Gagnon-van Leeuwen. (Gracieuseté de Notre moment Yellowknife)

Radio-Canada et la Commission des débats des chefs se renvoient la balle.

Le chapitre de Yellowknife du groupe Notre moment demande que les institutions fédérales démontrent davantage de leadeurship face à l’urgence climatique.

Notre moment (Our Time) est un groupe pancanadien de jeunes prônant que les changements climatiques soient un des enjeux principaux des prochaines élections. Le collectif milite en faveur d’un nouveau pacte vert, une stratégie visant entre autres à ce que le Canada coupe ses émissions de gaz à effet de serre de moitié d’ici 2030 et crée un million d’emplois.
Notre moment a organisé une manifestation face aux bureaux de Radio-Canada/CBC le 17 juillet dernier pour réclamer que le média étatique organise un débat avec les chefs des grands partis politiques canadiens sur les urgences climatiques.


« Tous les gens qui habitent au Canada ont le droit de savoir quel parti a un vrai plan pour combattre les changements climatiques », affirme le porte-parole du groupe pour Yellowknife, Thomas Gagnon-van Leeuwen. Nous demandons à CBC de prendre le leadeurship parce que c’est notre diffuseur public. Radio-Canada/CBC nous appartient en tant que contribuables. Nous croyons qu’ils ont la responsabilité de couvrir les urgences nationales comme les changements climatiques. »

10 000 signatures
Le groupe a demandé la même chose à la Commission des débats des chefs, une institution fédérale créée en octobre 2018 pour organiser les débats dans les deux langues officielles aux élections de 2019 et émettre ensuite un rapport et des recommandations.


La pétition de Notre moment a récolté plus de 10 000 signatures, affirme M. Gagnon-van Leeuwen, dont 350 à Yellowknife.


Par écrit, le directeur des relations publiques des services anglais de CBC/Radio-Canada, Chuck Thompson, a fait savoir que l’organisation des débats relevait de la Commission des débats des chefs.


Selon Ici Ottawa-Gatineau, le réseau français CBC/Radio-Canada aurait fourni une réponse similaire.


« Notre réponse est que CBC va sans doute avoir une énorme influence au sein du groupe qui détermine le contenu de débat, explique Thomas Gagnon-van Leeuwen, et que CBC a aussi le pouvoir d’organiser un débat des chefs additionnel sur le climat, en dehors de celui organisé par la Commission. »


« Ce qui est dommage, c’est que le Commission a répondu à notre demande en disant qu’on devrait s’adresser au diffuseur [CBC/Radio-Canada] pour cette demande. On trouve ça décevant que ces deux organismes publics, qui ont comme mandat d’informer les Canadiens, particulièrement dans le contexte d’une urgence climatique nationale et d’une élection [...], se passent la responsabilité au lieu de prendre le leadeurship. »

À venir
La manifestation aurait rassemblé « plusieurs milliers de personnes » devant des stations de CBC/Radio-Canada (dont Whitehorse et Montréal) dans le pays, selon M. Gagnon-van Leeuwen. À Yellowknife, le rassemblement comptait environ 35 personnes. Le 24 juillet, Notre moment proposait aux jeunes de moins de 35 ans un atelier sur le partage d’histoires de réchauffement climatique, donné par Daniel T’seleie, un environnementaliste de Fort Good Hope.


Aucune autre activité n’a été annoncée, « mais nous allons être très actifs », assure le porte-parole de Notre moment.
En juin dernier, l’Association canadienne des journalistes publiait un communiqué reconnaissant le droit du public de savoir comment les gouvernements répondent à ce débat et demandait aux médias de repenser leurs meilleures pratiques sur les reportages sur le climat.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561