Des bourses sans obligation pour les artistes

17 décembre 2020
La directrice artistique du NACC, Marie Coderre, a développé un programme de bourse pour offrir une aide immédiate aux artistes dont les revenus ont été affectés par les règles sur les rassemblements.

(Photo : Batiste Foisy)

La directrice artistique du NACC, Marie Coderre, a développé un programme de bourse pour offrir une aide immédiate aux artistes dont les revenus ont été affectés par les règles sur les rassemblements. (Photo : Batiste Foisy)

Le programme Losing Track of Days pallie le manque de soutien gouvernemental pour les artistes qui en arrachent depuis le début de la pandémie.

Le Northern Arts & Cultural Centre et la Yellowknife Community Foundation proposent des bourses de 1000 $ à 5000 $ pour aider les artistes ténois dont les revenus sont amoindris par la COVID-19.

Intitulé « Losing Track of Days », le programme pilote de bourses dispose d’un budget total de 50 000 $, qui sera versé aux artisans et artistes professionnels, qu’il s’agisse d’arts visuels ou d’arts de la scène. L’échéance pour déposer une demande est le 15 janvier.

La directrice générale du centre d’arts, Marie Coderre, explique que, hormis un programme du Conseil des arts des Territoires du Nord-Ouest en mai dernier, il n’y a pas eu de financement d’urgence pour appuyer financièrement les artistes ténois.

« Il y a plein d’artistes qui essaient par toutes sortes de moyens de générer des revenus et ce n’est pas facile, se désole Mme Coderre. Certains vont être engagés par d’autres organisations dans le Sud, font des spectacles en ligne, des programmes éducatifs ou du mentorat. Mais je connais beaucoup d’artistes qui ont presque zéro revenu en ce moment. »

 

Une notion souple du professionnalisme

Pour suppléer un tant soit peu à ce vide, le NACC s’est associé avec la Yellowknife Community Foundation pour le programme pilote Losing Track of Days; les artistes n’ont pas à créer un projet spécifique pour en bénéficier, la somme allouée peut simplement leur servir à réaliser un projet courant ou à payer leur loyer.

« Pourvu qu’on voit qu’ils sont actifs dans leur pratique, signale la directrice du Northern Arts. Nous mettons la priorité sur les artistes qui vivent de leur art, ceux dont c’est la principale source de revenus. […] C’est vraiment pour enlever la pression. »

Mme Coderre met l’accent sur le fait que la notion de professionnalisme des deux organismes sera souple, adaptée au Nord. Les candidats doivent soumettre des démos ou des photos de leur travail, mais si ce matériel fait défaut à l’un de ceux-ci, le jury pourrait se montrer compréhensif.

Le jury sélectionnera les récipiendaires à la mi-janvier et les bourses devraient être versées deux semaines plus tard. Les membres qui formeront ce jury doivent encore être recrutés. On souhaite que sa composition reflète la population des TNO. Un processus de vérification des conflits d’intérêts doit aussi être appliqué.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.