Une nouvelle association est née : Delta du Mackenzie

14 avril 2000
0 Commentaire(s)
Cinq requérants ont signé à Inuvik la demande pour former une association francophone régionale pour le delta du Mackenzie au début du mois. Annie Lagueux, Denis Savoie, Albert Basque, André Ouellet et Michèle Tomasino ont ainsi contribué à relancer la francophonie dans le Nord des T.N.-O., là où parler en français est parfois un obstacle à franchir.

Au cours des six années qu'elle a passées à Inuvik, Mme Tomasino n'a jamais eu l'occasion d'entretenir une conversation dans sa langue maternelle. Plus le projet de la formation de l'association avançait, plus elle rencontrait des gens partageant sa culture. « Justement ce matin j'étais au restaurant avec cinq autres francophones. Certaines personnes nous regardaient lorsque nous discutions en français, tandis que d'autres se sont jointes à notre conversation », affirme cette dernière.

L'adjointe administrative de la Fédération Franco-TéNOise, Isabelle Picard, a certainement remarqué un phénomène dans la communauté de 3 000 habitants. « On m'a dit que depuis que la Fédération est à Inuvik, les gens parlent de plus en plus souvent en français et se réunissent en dehors des activités communautaires, au restaurant To Go's», affirme-t-elle.

Toujours selon Mme Picard, le premier mandat de la nouvelle association est de trouver les francophones demeurant dans la région. « Jusqu'à présent on a repéré 25 francophones à Inuvik, mais il y en a beaucoup qui ne s'affichent pas. »

La recherche de francophones ne s'arrête pas à Inuvik; elle a également lieu dans les autres communautés de la région, notamment à Aklavik, à Fort McPherson, à Tsiigehtchik et à Tuktoyaktuk. Le défi est de taille puisque les francophones d'origine acadienne ont souvent des noms anglais, ce qui les rend difficiles à repérer, selon Mme Tomasino. Plusieurs Autochtones habitant dans la région ont étudié à une école résidentielle française. Jusqu'à présent, aucun d'entre eux n'a indiqué vouloir participer aux activités de la nouvelle association.

Promouvoir la francophonie et aider les francophones minoritaires habitant les autres villes des T.N.-O. est une partie intégrale du mandat de la Fédération, selon Mme Picard. Inuvik sera sous l'aile de la FFT jusqu'en avril 2001, date à laquelle un budget de 15 000 dollars sera octroyé à l'association.

« On va pouvoir continuer le travail de la FFT. Cinq personnes sont arrivées de Yellowknife afin de nous aider à préparer la cabane à sucre lors du Muskrat Jamboree. Cette année, ils nous ont montré comment bâtir la cabane et préparer le sirop d'érable. L'année prochaine, on saura quoi faire », affirme Mme Tomasino.

Parmi les activités que l'association coordonnera : les cabanes à sucre, les épluchettes de blé d'inde, les soupers de Noël et la fête de la Saint-Jean Baptiste. Au programme s'ajouteront la fête des Acadiens ainsi qu'un tournoi de pêche.

La première rencontre des membres de la nouvelle association aura lieu le 17 mai. Un comité administratif sera alors formé et les membres décideront comment procéder avec les levées de fonds pour financer les activités. Les intéressés peuvent contacter Michèle Tomasino à son domicile au 777-2083 ou à son travail au 777-7115. S'ils ne peuvent pas la rejoindre, ils peuvent s'adresser à Denis Savoie au 777-3030.