Election municipale de Yellowknife du 15 octobre 2018 : Contre la corruption

04 octobre 2018
Jerald Sibbeston. (Crédit photo : Denis Lord)

Jerald Sibbeston. (Crédit photo : Denis Lord)

La création d’un poste d’ombudsman municipal est l’élément central de la campagne de Jerald Sibbeston.

Jerald Sibbeston fait de la création d’un poste d’ombudsman le point fondamental de sa plateforme électorale et ce n’est pas étranger à la soi-disant culture corporative de l’administration, culture de corruption également.


« Je ne dis pas qu’il y a des enveloppes qui circulent, précise Jerald Sibbeston. Mais [la direction de la division d’application de la loi] est là depuis 25 ans. Elle ne devrait plus être là et je crois qu’[elle] est responsable de cette culture corporative. »


Il y a aussi eu contre la direction des accusations de commentaires sexuels inappropriés et de violence, rapporte Jerald Sibbeston. « Tous les anciens conseillers municipaux devraient partir, assure-t-il. Ils auraient pu se lever au conseil et dénoncer les choses, mais ils ont mis ça sous le tapis. Ils n’ont rien fait. Je garantis que je n’aurais pas laissé ça passer. »


De plus, affirme le candidat à la mairie, les plaintes ne sont pas entendues, ou alors elles sont faites à quelqu’un qui est directement concerné et donc en conflit d’intérêts. « La corruption, dit-il, c’est aussi quand je vais faire une plainte et que je n’ai pas la chance d’être entendu. Il y a des gens qui n’ont tellement pas peur de perdre leur travail qu’ils croient pouvoir faire n’importe quoi et s’en tirer. »


Ainsi s’il est élu, Jerald Sibbeston veut mettre en place un bureau d’ombudsman composé de trois personnes, dont les décisions seraient contraignantes, y compris pour le maire et le conseil municipal. Il le compare à une cour Suprême du Canada, mais pour la ville. Il souhaite que le bureau soit situé près de l’hôtel de ville, mais pas dans celui-ci, et que le service y soit bilingue. Son directeur aurait un salaire équivalent à celui du maire, soit environ 145 000 $.

Couper la division
La dernière fin de semaine de septembre, au moins une pancarte électorale de M. Sibbeston a été vandalisée et la division d’application de la loi lui a demandé d’enlever ses pancartes, trop hautes en vertu des règlements municipaux. S’il convient de leurs dimensions indues, M. Sibbeston voit ce geste comme une attaque délibérée, motivée par sa volonté de diminuer le personnel de cette division.


« J’entends promulguer un règlement pour geler l’embauche [dans cette division] pour les neuf prochaines années, explique-t-il. Si quelqu’un part, nous engagerons à l’interne. Il y a 13 personnes, je veux descendre à deux et changer le titre d’agent pour personnel. »

Langue et tourisme
S’il est élu, M. Sibbeston entend mettre progressivement en place des mesures pour que les langues parlées par la population de la capitale soient proportionnellement reflétées dans le personnel de l’hôtel de ville, tout en établissant des paramètres au niveau de l’éducation.


Autre dossier prioritaire pour lui : le tourisme. « L’an passé, déplore-t-il, la ville a dépensé 257 000 $ en marketing, c’est un manque de leadeurship, de planification et d’expertise. Yellowknife a failli à ses voyagistes et remet le dossier dans les mains du GTNO. »


Jerald Sibbeston veut créer un département municipal du tourisme et hausser le budget de marketing à une somme située entre 3 M$ et 5 M$, affirmant que le retour sur investissement dans ce domaine est de 20 pour un : « Si nous investissons 3 M$, nous aurons un retour de 60 M$. »


Le centre d’information touristique, situé dans l’hôtel de ville, est actuellement trop petit, mais la coupure de personnel prévue dans la division d’application de la loi lui permettra d’occuper plus d’espace. Et le site actuel est très populaire auprès des touristes, perçoit M. Sibbeston.


Quant à la sécurité du centre-ville, le candidat croit que ce n’est qu’un nombre limité de personnes qui perturbent le cœur de la ville. Comme son concurrent Bob Stewart, il privilégie l’aménagement d’un espace pour eux au Bristol Pit (près du Centre de recyclage).


On pourrait même leur offrir de l’alcool là-bas et un transport gratuit, ajoute M. Sibbeston, qui souligne que les choses doivent être faites dans le respect des personnes concernées.


Lors du forum organisé par la Chambre de commerce de Yellowknife, Jerald Sibbeston a affirmé être un des candidats les plus novateurs depuis plusieurs années. « Je ne m’attends pas à gagner, avoue-t-il. Quand je suis entré dans la course, je n’étais pas optimiste, mais j’ai toujours été sérieux. [...] Plus de 4000 personnes ont visité ma page Facebook. »

 

Texte modifié le 7 octobre 2018, alors qu'un commentaire du candidat s’est avèré faux.

L'Aquilon n’aurait pas dû rapporter ce propos qui peut porter préjudice à la personne visée, veuillez l’excuser.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages