Processus électoral : Commission scolaire francophone de division

13 octobre 2000
0 Commentaire(s)
Six personnes soumettent leur candidature pour combler les cinq postes de commissaires au sein de la commission scolaire francophone de division. Leur mandat sera d'une durée de trois ans.

À la suite de l'élection, l'une des tâches des commissaires consistera à mettre en place la commission scolaire. Ils veilleront à ce que la traduction de documents juridiques, concernant le nouvel organisme scolaire, soit effectuée. Un directeur général devrait être embauché incessamment.

La constitution d'une commission scolaire francophone signifie que les commissaires et le président assureront, à partir de juin prochain, la gestion de l'école : du bâtiment au personnel. « L'École Allain St-Cyr sera sous la responsabilité de la commission scolaire no.1 jusqu'au 30 juin prochain. Cette période de transition permettra à la nouvelle commission scolaire francophone de s'organiser », affirme le président du conseil scolaire francophone, Jean-François Pitre.

La commission scolaire francophone de division est sous l'autorité du ministère de l'éducation et de sa Loi sur l'éducation des T.N.-O. Une des différences majeures entre le présent conseil scolaire et la commission scolaire francophone, réside dans le fait que cette dernière sera responsable de l'embauche du personnel, contrairement au conseil qui émettait seulement des recommandations à la commission scolaire no.1 de Yellowknife.

« Cela nous permet d'avoir plus de contrôle. Nous allons également regarder ce qui existe dans d'autres petites villes, comme Rivière de la Paix (Alberta) où se trouvent deux écoles de langue française », suggère Jean-François Pitre. Ce dernier a déposé sa candidature pour siéger sur la commission scolaire francophone de division. « Je veux la voir partir du bon pied », souligne Jean-François.

Des discussions se poursuivent également auprès des deux autres commissions scolaires de Yellowknife, dans l'espoir d'élaborer un projet pilote permettant de jumeler certains services en français offerts dans les trois commissions scolaire. Un orthophoniste pourrait être embauché et couvrir les institutions des trois organismes scolaires.

Pour le moment, la communauté de Hay River ne souhaite pas s'associer à la nouvelle commission scolaire francophone de division.