Faune : Comment sauver le caribou de la toundra??

Les caribous de la toundra pourraient disparaitre des Territoires du Nord-Ouest d'ici 50 ou 100 ans. (Crédit photo: GTNO/R. Decker, MERN)

Les caribous de la toundra pourraient disparaitre des Territoires du Nord-Ouest d'ici 50 ou 100 ans. (Crédit photo: GTNO/R. Decker, MERN)

La période de consultation se termine en novembre 2019.

Le décompte est lancé pour parfaire la Stratégie de rétablissement du caribou de la toundra, dont l’ébauche a été rendue publique le 1er aout dernier.


Cette stratégie est une obligation découlant de la Loi sur les espèces en péril. Le caribou de la toundra (Rangifer tarandus groenlandicus) a été mis sur la liste des espèces en péril le 11 juillet 2018.


Le document a été émis par la Conférence des autorités de gestion (CAG), un groupe comprenant des représentants des gouvernements des Territoires du Nord-Ouest, du Canada, du gouvernement tli?cho, du Conseil régional inuvialuit, ainsi que des Offices des ressources renouvelables gwich’in, de Wek’èezhii et du Sahtu.


La CAG est spécialisé dans la conservation et le rétablissement d’espèces en péril.


« À la prochaine étape, explique la présidente de la CAG, Jody Pelissey, chaque région doit soumettre cette ébauche à l’étude de ses communautés. Elles vont s’assurer que les actions identifiées dans la Stratégie sont appropriées, qu’il n’y a pas d’oublis, etc. »


Tous les citoyens sont invités à émettre des commentaires, jusqu’en novembre 2019, par lettre ou par le biais du site Web de la CAG.

Ces commentaires seront sélectionnés par la CAG pour rédiger la Stratégie finale, qui doit être présentée au ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (MERN) au plus tard en avril 2020, pour qu’elle soit en place en juillet suivant.

Stratégie
La Stratégie esquissée, un document d’orientation générale, propose cinq objectifs de conservation et de rétablissement avec les mesures afin d’y parvenir.


On préconise par exemple de développer les collaborations avec l’industrie, les gouvernements, les organismes de règlementation et autres joueurs pour mettre en place les meilleures pratiques pour diminuer l’impact de l’empreinte humaine sur les caribous ; on cherche à mettre la protection de l’habitat du caribou au cœur des décisions des évaluations environnementales et des initiatives de planification de conservation ; on propose de surveiller les facteurs clés affectant le statut et la santé des caribous, comme leur habitat, leurs parasites et leurs prédateurs.


Les mesures sont adaptées aux huit différentes hardes de caribous de la toundra (Bathurst, Beverly, etc.). Certaines mesures sont déjà en place depuis plus de cinq ans.


« Pour plusieurs hardes, la chasse a été fermée ou restreinte dans la plupart des régions ténoises, y compris pour les Autochtones, de noter Mme Pelissey. La chasse à la harde de Bathurst, près de Yellowknife, est interdite depuis 2016. Il y a aussi des incitatifs financiers, par exemple pour que les gens chassent plus de loups. »


Ponctuellement, les pompiers peuvent intervenir lorsque des incendies menacent des habitats critiques des caribous.
Des plans de conservations existent à l’échelle des collectivités, fait valoir Mme Pelissey, particulièrement dans le Sahtu. « Mais la plupart des plans ont été faits en coopération entre régions, précise-t-elle, parce que les caribous sont des animaux migratoires. La harde de Bathurst, par exemple se trouve en territoire tli?cho, dans le Sahtu et sur le territoire Akaitcho, alors ils travaillent ensemble pour créer un plan de gestion. »


La Stratégie de recouvrement ne formule pas de demande budgétaire. Le financement sera déterminé par le ministre.
« Il y a eu beaucoup d’argent investi par le GTNO jusqu’à maintenant pour la recherche, observe la présidente de la CAG. Les études coutent cher, à cause des vastes régions où les caribous se déplacent. »

Un déclin marqué
La plupart des hardes de caribous de la toundra ont diminué de plus de 85 % dans les 25 dernières années, selon la CAG.


530 000 têtes vivent encore aux TNO et au Nunavut, mais l’espèce pourrait disparaitre des TNO d’ici 50 ou 100 ans.
Il n’y a pas une cause prédominante à leur déclin, dit Jody Pelissey.


Les changements climatiques ont pu affecter le fourrage des hardes et provoquer davantage de feux de forêt.

S’ajoutent à ces causes, les maladies, les prédateurs comme les loups, la chasse, le développement industriel, etc.
« C’est une combinaison de facteurs », analyse Mme Pelissey. On fait ce qu’on peut pour les prédateurs et la chasse, dit-elle, on peut faire certaines restrictions pour l’industrie. « Une partie du travail est simplement d’informer le public sur ce qui se passe. »


L’ébauche de la Stratégie ne fixe pas de cible de rétablissement.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.