Budget fédéral 2021 : Cochrane satisfaite

La première ministre des TNO, Caroline Cochrane. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)

La première ministre des TNO, Caroline Cochrane. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)

La première ministre des TNO est heureuse des investissements fédéraux dans le logement et dans les services de garde, mais réclame déjà des assouplissements aux programmes.

Le premier budget fédéral en deux ans a satisfait la première ministre des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, qui estime qu’Ottawa est à l’écoute des besoins du Nord. Elle a commenté le budget, à l’occasion d’un point de presse virtuel, le 20 avril.

Le budget, mi-pandémique mi-électoral, qui prévoit des dépenses de 100 milliards $, comprend certains investissements destinés spécifiquement aux trois territoires et aux TNO en particulier. On note :

54 millions $ sur deux ans pour le renouvèlement de Fonds d’investissement-santé pour les territoires, dont 14,2 millions $ iront aux TNO.

8 millions $ sur deux ans pour la transition du Collège Aurora vers une université polytechnique.

163,4 millions de dollars sur trois ans pour élargir le programme de subvention des denrées alimentaires en zone éloignée Nutrition Nord.

40,4 millions $ sur trois ans pour des projets énergétiques « propres » dans les trois territoires, bien qu’on ne mentionne pas de projets spécifiques aux TNO.

Mais l’item qui réjouit le plus la première ministre Cochrane, c’est les investissements pour le logement aux TNO. Ottawa octroie cette année 25 millions $ pour la construction de 30 unités de logement dans les collectivités éloignées des TNO. « C’est exactement ce que nous leur avions demandé, note Mme Cochrane. Nous avions réclamé 100 millions $ sur quatre ans, donc ça correspond. »

« Les besoins en logement sont grands, poursuit la première ministre, et ça a été souligné par la pandémie. Nous manquons de logements adéquats, c’est notamment pour cette raison que nous ne pouvons pas permettre à nos résidents d’effectuer leur auto-isolement dans les petites collectivités. »

Elle indique que le financement s’ajoute à celui du Fonds national de co-investissement pour le logement et à d’autres programmes nationaux et qu’elle a obtenu l’engagement du fédéral que l’aide qui leur est accordée n’empêchera pas le territoire d’accéder à d’autres sources de financement pour le logement.

 

Garderies

Un point remarqué de ce premier budget fédéral, le premier présenté par une femme de toute l’histoire du Canada, est la mise en place d’un programme de garde d’enfants universel. Ottawa souhaite que des places en garderies à 10 $ soient disponibles partout au Canada d’ici 2026 et engage 30 milliards $ sur cinq ans dans cette initiative.

L’amélioration de l’accès aux services de garde fait partie des priorités de l’Assemblée législative des TNO identifiées en début de mandat et la mesure qualifiée de « féministe » par la ministre des Finances fédérale, Chrystia Freeland, concorde avec les valeurs de Mme Cochrane. « De penser pouvoir payer 10 $ par jour pour la garde de leurs enfants, c’est un rêve pour la majorité des parents », commente-t-elle.

Mais elle ajoute aussitôt que des ajustements au programme devront être consentis aux TNO pour correspondre aux besoins particuliers du territoire. « Dès que le budget a été prononcé, j’ai appelé le ministre [des Affaires du Nord] Daniel Vandal et je lui ai indiqué à quel point nous sommes reconnaissants, raconte-t-elle, mais j’ai aussi réitéré que certaines de nos collectivités n’ont même pas de centre d’éducation à la petite enfance. Nous espérons que tout le financement ne sera pas alloué qu’à subventionner les garderies existantes et qu’une partie pourra être utilisée en infrastructure pour bâtir des garderies. Le ministre a dit qu’il comprenait, quoiqu’il n’ait pas pris d’engagement ferme en ce sens. »

 

Élections ?

Alors qu’on spécule sur le possible déclenchement d’élections fédérales, la première ministre des TNO s’est dite sure que le Nord saura tirer son épingle du jeu, peu importe qui forme le prochain gouvernement.

« J’aimerais pouvoir savourer l’excitation du budget pour un moment avant d’avoir à penser à des élections, indique-t-elle. Cependant, lorsqu’on parle d’élections, je ne crois pas qu’aucun parti politique fédéral puisse ignorer les préoccupations des Territoires du Nord-Ouest. Les libéraux sont au pouvoir depuis quelques années et ils comprennent nos besoins. Le NPD comprend nos besoins sociaux ; les conservateurs, nos besoins en infrastructure. Alors je suis sure que, peu importe qui forme le gouvernement, nos besoins seront entendus. »

« La clé, cependant, c’est qu’il faudra ajuster notre message en fonction du parti au pouvoir, pour que les besoins et les écarts des TNO soient bien compris de nos homologues », conclut-elle.

 

Retrouvez un autre texte sur le budget fédéral en p. 4


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.