Articles de l'Arctique, 7 mai 2021 : Coalition parlementaire informelle au Yukon

Sandy Silver, chef du Parti libéral du Yukon et Kate White, cheffe du Nouveau parti démocratique du Yukon ont signé une entente le 28 avril 2021. Cet accord qui n'est pas une coalition a permis la formation d'un gouvernement libéral minoritaire le 3 mai 2021. (Courtoisie Yukon Liberal Caucus).

Sandy Silver, chef du Parti libéral du Yukon et Kate White, cheffe du Nouveau parti démocratique du Yukon ont signé une entente le 28 avril 2021. Cet accord qui n'est pas une coalition a permis la formation d'un gouvernement libéral minoritaire le 3 mai 2021. (Courtoisie Yukon Liberal Caucus).

 Le NPD s’entend avec le Parti libéral pour assurer une certaine stabilité au gouvernement minoritaire de Sandy Silver.

Suite aux résultats de l’élection territoriale du 12 avril pour laquelle le Parti libéral et le Parti du Yukon ont tous les deux remporté huit sièges, le chef libéral Sandy Silver a présenté son nouveau gouvernement à l’Assemblée législative de Whitehorse, le 3 mai.

Une entente signée entre M. Silver et la cheffe néodémocrate, Kate White, dont la formation a obtenu trois sièges, dicte les lignes d’un accord inédit sur la scène politique yukonaise.

Dans la foulée des résultats de la soirée électorale, Mme White et M. Silver ont commencé des négociations qui, au terme d’une douzaine de jours de discussions, ont donné lieu à la signature d’un accord entre les deux partis. Cet accord est considéré comme « une nouvelle façon de gouverner au Yukon, car c’est une approche collaborative qui en même temps va respecter l’autonomie de chacun des partis », indique le chef de cabinet de Mme White, François Picard.

Le document de huit pages signé le 28 avril dernier, indique que Mme White et les membres de son caucus accordent leur confiance au budget et au discours du trône présentés par le caucus libéral qui, en échange, a accepté de travailler, en collaboration avec les trois députées du NPD, sur des dossiers en lien avec le logement, le réchauffement climatique ou encore l’augmentation du salaire minimum, pour n’en citer que quelques-uns.

Cet accord n’est pas une coalition formelle, car les députées issues du caucus du NPD ne font pas partie du gouvernement. « Dans une coalition, j’aurais dû complètement appuyer le gouvernement et je n’aurais pas pu avoir la même habileté de parler des choses que je trouve importantes », s’est justifiée Mme White lors d’une conférence de presse du 28 avril.

L’entente a cours jusqu’au 31 janvier 2023, mais le premier ministre Silver ne cache pas sa volonté de la voir reconduite après cette date. Cette nouvelle façon de coopérer est présentée comme un « engagement à travailler ensemble et mon espoir est de voir l’accord élargi sur la base de notre bonne relation », a-t-il expliqué lors de la même conférence de presse. De son côté, le chef du Parti du Yukon, Currie Dixon, ne cache pas sa colère et a indiqué, lors d’un point presse, qu’il était choqué par la signature de l’entente et considère que M. Silver a abandonné ses valeurs au profit du pouvoir.

Les deux tiers des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes. Au terme d’une égalité entre la députée libérale sortante, Pauline Frost et la candidate pour le NPD, Annie Blake, c’est un tirage au sort qui a permis à Mme Blake de remporter le siège pour la circonscription de Vuntut Gwitchin qui est la plus petite du territoire avec 200 électeurs inscrits.

Le Yukon est le seul des trois territoires à employer un système parlementaire avec des partis politiques. Les TNO et le Nunavut emploient une variété du modèle de Westminster sans parti, dite « de consensus ».


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages