Vers une unification des secondaires? : CSFD

01 février 2002
0 Commentaire(s)
Une étude sur les possibilités d'unifier les programmes secondaires de YK1 et YK2 ainsi que de l'École Allain St-Cyr sera menée au cours des prochaines semaines. Par ce projet, les groupes d'élèves de Sir John Franklin, St Patrick et de l'ÉASC pourraient partager certains professeurs dans des matières spécifiques.

« De la manière dont je vois ça, l'élève s'inscrirait à son district et les cours seraient disponibles pour l'ensemble des élèves. Par exemple, si les cours de chimie et de biologie se donnent à Sir John Franklin, l'élève ira les suivre à cette école », d'expliquer Jean-François Pitre, président de la Commission scolaire francophone de division. Quant aux différences entre les programmes d'immersion et le programme francophone, elles continueraient d'être appliquées.

C'est le nouvel enseignant de l'École Allain St-Cyr, Jean Gravel, qui est en charge d'explorer les avenues de collaboration possibles. « C'est évident qu'il y aurait un protocole à respecter dans le cadre de cette entente. Il y a aussi une question d'argent lorsque l'on parle d'inscription dans un district ou dans un autre », de faire savoir M. Pitre.

Écoles de Hay River et Allain St-Cyr

Jean-François Pitre a aussi fait savoir, au cours de la réunion du 23 janvier, qu'une rencontre avec le ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Jake Ootes, avait eu lieu pour discuter des statuts des deux écoles. Du côté de Hay River, M. Pitre a insisté sur l'importance de trouver une solution au problème d'espace.

« À court terme, nous avons besoin de portatives. Il faudra aussi penser à la construction d'une école. On ne peut pas se permettre de commencer la prochaine année dans les mêmes conditions en septembre prochain. Il faut de l'amélioration, parce que ça n'a pas d'allure», de déclarer M. Pitre qui dit que le principal problème est au niveau du terrain. « Il faudra une entente avec le district de Hay River. Il y a une question de politique là-dessous », mentionne-t-il. Le président de la CSFD croit que le ministre a compris le problème et qu'il sait qu'il faut maintenant trouver la solution.

M. Pitre sait déjà que le gouvernement fédéral serait probablement prêt à injecter au moins la moitié de l'argent dans la construction d'une école. « Il n'y a pas beaucoup de commissions qui peuvent arriver au ministre et demander une école en possédant la moitié de l'argent nécessaire », lance-t-il.

Du côté nord du Grand lac des Esclaves, M. Pitre a demandé à M. Ootes de négocier une entente de location d'au moins cinq ans pour un terrain qui pourrait servir de terrain de jeux, et éventuellement, à l'agrandissement de l'école. « Nous serions prêts à acheter le terrain demain matin, mais la loi nous empêche d'être propriétaires », explique-t-il. La nécessité d'un gymnase demeure un enjeu majeur de ce dossier.

Arrivées et départs

La directrice de l'école Allain St-Cyr, Brigitte Bergeron, a profité de la dernière réunion pour présenter trois nouveaux professeurs. Il s'agit de Brigitte Widmer, Jean Gravel et Ingrid Panayi. La commission scolaire francophone est à monter une banque de candidats au cas où des départs survenaient. « Il s'agit d'un outil, parce que ce n'est pas toujours facile de trouver des gens prêts à monter ici. », d'expliquer M. Pitre.

Au niveau des commissaires, Linda McDonald a remis sa démission pour des raisons personnelles. Daniel Nowlan, quant à lui, partira le 15 mars. Ce dernier a obtenu un transfert dans le cadre de son travail.

Politiques

Enfin, la dernière réunion a été l'occasion de procéder à la première ou à la deuxième lecture de certains points du Manuel des politiques et fonctionnement de la CSFD. Trois lectures sont nécessaires pour l'adoption du document. Les parents intéressés par ce dossier seront invités, le 6 février, à une rencontre d'information à l'École Allain St-Cyr. Le tout débutera à 19 heures.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages