S'abonner à Médias Ténois

COVID-19 : les TNO sont les plus touchés au pays

Sources : Les pourcentages ont été calculés à partir de la mise à jour quotidienne sur l’épidémiologie de la COVID-19 au Canada et, tel que le fait le gouvernement fédéral, avec l’estimation de la population au 1er juillet 2021. Ils sont comparables aux taux par 100 000 personnes. Les données sont en date du 31 janvier 2022 (dernière mise à jour des données 1 février 2022, 9 h HNE).

Sources : Les pourcentages ont été calculés à partir de la mise à jour quotidienne sur l’épidémiologie de la COVID-19 au Canada et, tel que le fait le gouvernement fédéral, avec l’estimation de la population au 1er juillet 2021. Ils sont comparables aux taux par 100 000 personnes. Les données sont en date du 31 janvier 2022 (dernière mise à jour des données 1 février 2022, 9 h HNE).

Les Territoires du Nord-Ouest affichent le plus haut pourcentage de cas totaux de COVID-19 dans sa population à travers tout le Canada. Une donnée qui surprend. Explications.

Le variant Omicron a frappé fort aux TNO : quelque 13 % des résidents ont testé positif du début de la pandémie jusqu’au 31 janvier, alors que la moyenne canadienne est de 8 %. Le territoire est désormais la juridiction canadienne qui mène le bal en pourcentage de cas totaux dans sa population, si on se fie aux cas rapportés.

Le 15 décembre dernier, on comptait un total de près de 2200 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie aux TNO, dont une trentaine actifs. Fin décembre, le nombre de cas actifs s’est mis à augmenter graduellement pour exploser début janvier. Le 31 janvier, on dénombrait ainsi un total d’environ 6000 cas, soit une augmentation de 175 % par rapport au 31 décembre. Le variant Omicron a enregistré un record le 28 janvier avec 1040 cas actifs aux TNO, selon une donnée fournie par le Bureau de l’administrateur en chef de la santé publique.

« Le variant Omicron a causé un bond prodigieux aux TNO », constate Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM et expert en virologie, lors d’un entretien par Zoom.

Mais, nuance-t-il aussitôt, quand vient le temps de comparer aux autres provinces ou territoires, il faut prendre d’autres facteurs en ligne de compte. « Il y a des provinces au Canada, comme le Québec, qui ne réussissent plus à tester leur population à cause de la contagion du variant Omicron. Il y a donc une énorme sous-estimation dans les cas journaliers. »

Dès le 4 janvier, le Québec a en effet renoncé à tester sa population générale avec ses tests PCR limités, les réservant au personnel soignant et aux personnes à risque. Les 10 % de cas confirmés dans sa population ne reflètent ainsi pas l’ampleur de la propagation de la COVID-19.

Portrait plus juste ?

« Si les TNO sont capables de fournir des tests à l’ensemble de leur population, ils auront un portrait plus juste », poursuit le professeur Benoît Barbeau.

C’est d’ailleurs ce que croit le Dr André Corriveau, administrateur en chef intérimaire de la santé publique.

« On est l’une des premières juridictions à avoir prédistribué beaucoup de tests rapides dans les communautés, les écoles et par d’autres moyens, dit celui qui remplace la Dre Kami Kandola qui est en vacances, lors d’un entretien virtuel. On avait aussi mis en place un système où les gens pouvaient, par téléphone, documenter le résultat de leur test. Je pense qu’on a une meilleure représentativité du nombre de cas réels, car beaucoup de provinces ont été prises au dépourvu. »

Quelque 38 % de tous les cas actifs rapportés en janvier aux TNO l’ont ainsi été par des citoyens qui ont signalé aux autorités que leur test rapide, réalisé à la maison, était positif. « Plusieurs provinces n’ont aucun moyen de compter ces tests-là, dit le médecin. C’est un avantage pour nous, même si ça nous fait paraitre pire. »

D’ailleurs, si, pour l’exercice, on soustrait l’équivalent de 38 % des cas rapportés en janvier, le pourcentage de cas totaux dans la population ténoise serait autour de 10 % plutôt que de 13 %. Avec les données actuelles, les TNO ont franchi les
10 % autour du 20 janvier, a estimé le Bureau de l’administrateur en chef de la santé publique.

L’expert en virologie Benoît Barbeau dit néanmoins douter que le variant Omicron ait fait augmenter de quelque 175 % le nombre de cas au Québec ou en Ontario, même avec une capacité suffisante pour tester. « C’est surprenant de voir à quel point l’Omicron a été important aux Territoires du Nord-Ouest quoique, ajoute-t-il, les restrictions y étaient importantes au début. »

En effet, la santé publique des TNO a eu une approche très agressive envers le coronavirus dès le début de la pandémie : fermeture du territoire, deux semaines d’auto-isolement dans des centres, etc. Si bien que le nombre de cas est longtemps resté minime comparé à ailleurs au Canada. C’est surtout au courant de l’été dernier, avec le plan de déconfinement « Une reprise avisée », que les mesures ont commencé à se relâcher. Jusqu’à début aout, le nombre de cas totaux depuis le début de la pandémie se situait à moins de 170. Puis, d’aout à décembre, l’arrivée du variant Delta a généré quelque 2000 cas avant que ne déferle en janvier son cousin, encore plus contagieux, l’Omicron.

 

Sources : Les taux proviennent de la mise à jour quotidienne sur l’épidémiologie de la COVID-19 au Canada, en date du 31 janvier 2022 (dernière mise à jour des données 1 février 2022, 9 h HNE).

 


Est-ce que les TNO ont testé plus ou moins que les autres juridictions sur leur territoire ? Moins, en moyenne. Pour 1000 individus, 872 ont été testées par un professionnel de la santé, comparativement à 1480 en moyenne au Canada. Cela dit, la surveillance des eaux usées aux TNO a aidé à optimiser l’utilisation des tests.

Petit fait intéressant : tous les Ténois se souviennent de la commotion provoquée en mai 2021 par l’éclosion du variant britannique à l’école primaire N. J. Macpherson qui avait forcé un millier de personnes à s’isoler. Sur les quelque 4850 tests PCR réalisés en mai, 69 étaient positifs… Tandis qu’avec le virus Omicron, sur les 5045 tests PCR effectués en janvier, 3916 étaient positifs. Sinon, c’est chez nos voisins du Yukon, où l’effort pour tester la population est le plus bas, avec 212 tests par 1000 personnes.


 

Près de 11 000 voyageurs

La période des Fêtes, qui amène son lot de déplacements aux TNO, a évidemment contribué à propager le virus Omicron.

« Entre le 15 décembre et le 15 janvier, 10 611 personnes ont voyagé », rapporte Richard Makohoniuk, gestionnaire des communications au Secrétariat de coordination pour la COVID-19. Le tout alors que les mesures restrictives pour les voyageurs entièrement vaccinés sont moindres : les recommandations pour les 72 premières heures suggèrent de limiter les contacts avec d’autres ménages, d’utiliser des tests rapides distribués aux aéroports et d’éviter des activités à risque, comme d’aller au restaurant.

Compte tenu de l’explosion de cas, les voyageurs ont-ils fait fi des recommandations ? « La transmissibilité avec l’Omicron est beaucoup plus grande que tous les variants précédents, répond le Dr André Corriveau. Quand ça entre dans une maison, on ne peut pas y échapper, surtout dans un contexte nordique en hiver. » Il rappelle que l’incubation est en moyenne de 3 à 5 jours, que des cas peuvent prendre plus de temps à se déclarer, ce qui peut contribuer à propager le virus, et que des gens baissent leur garde, car ils se sentent protégés avec le vaccin ou parce qu’ils sont fatigués des mesures restrictives.

Le professeur Benoît Barbeau ajoute que « les tests rapides antigènes sont moins efficaces qu’un test PCR ». Ainsi, même si une personne est prudente les 72 premières heures, elle pourrait reprendre ses activités à la suite d’un faux négatif et contaminer des gens, suggère-t-il.

Doses de vaccin administrées, taux par 1000 personnes (résidents ou non). Sources : Site web COVID-19 Tracker en date du 1er février 16 h HNE, Estimation de la population


Aux TNO, 96 926 doses de vaccin ont été administrées. Bien que près de 14 000 l’ont été dans le bras de résidents à l’extérieur des TNO – ce qui comprend les personnes sans couverture de soins de santé aux TNO et celles dont la couverture de soins de santé aux TNO a expiré –, si on compare l’effort de vaccination total par rapport à la population de chaque juridiction canadienne, c’est aux TNO où le plus de doses ont été administrées.
 


 

Pas assez de 3e doses

Le fait qu’une majorité de Ténois n’ait pas eu leur troisième dose a aussi contribué à la hausse de cas, selon le Dr André Corriveau, bien que les vaccins administrés protègent moins contre une infection au variant Omicron, qui s’attaque aux voies respiratoires supérieures. « On a commencé plus tôt qu’ailleurs à donner les deuxièmes doses et, après six mois, la protection diminue, dit-il. Or, plusieurs personnes ne sont pas venues chercher leur troisième dose et on n’a toujours pas franchi le cap des 50 % pour la population éligible. »

Celui qui est actuellement à la tête du Bureau de l’administrateur en chef de la santé publique (BACSP) martèle l’importance « d’être à jour dans ses vaccins, surtout chez les gens qui sont plus à risque ».

Compte tenu du relâchement de certaines mesures visant les rassemblements dimanche dernier, le Dr André Corriveau croit en la « possibilité d’une petite augmentation de cas ».

Le BACSP se sent-il en contrôle de la situation ? « En contrôle, c’est vite dit. On a certainement une bonne perception de ce qui se passe, répond le médecin. On ne peut pas revenir aux contrôles rigoureux du début de la pandémie, personne n’accepterait ça. On doit apprendre à vivre avec la présence de la COVID dans notre environnement physique et social. »

L’expert en virologie Benoît Barbeau croit d’ailleurs que l’infection naturelle aidera l’immunité populationnelle. « Les gens qui ont attrapé l’Omicron ont développé des anticorps qui vont les protéger à d’autres variants semblables à ce virus, dit-il. Ce n’est pas l’équivalent d’une dose de rappel, car l’Omicron est différent du virus d’origine à l’image duquel les vaccins ont été développés, mais, en étant exposée au virus sous diverses formes, la population va développer une réponse immunitaire à différents niveaux et de différentes efficacités. »

 

La directrice médicale des TNO quitte son poste dans un mois

La directrice médicale territoriale, Dre AnneMarie Pegg, a annoncé ne pas renouveler son mandat à la fin du contrat qui la liait jusqu’au 4 mars 2022. L’identité de la personne qui la remplacera début mars n’est pas encore connue. Pendant plus d’un an, Dre Pegg a joué un rôle important dans la gestion de la pandémie, la crise du personnel et des services médicaux aux TNO, et la politique de vaccination contre la COVID-19. En déplacement ces prochains jours, Dre Pegg ne communiquera sur cette transition qu’à son retour.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.