COVID-19 : ce que le savoir inuvialuit peut nous apprendre

L’historien inuvialuit, Randal Pokiak, livre un message fort pour faire face à la pandémie de COVID-19 et tire des leçons des épidémies passées de variole et de grippe qui ont lourdement affecté son peuple. (ONF/NahHO Productions)

L’historien inuvialuit, Randal Pokiak, livre un message fort pour faire face à la pandémie de COVID-19 et tire des leçons des épidémies passées de variole et de grippe qui ont lourdement affecté son peuple. (ONF/NahHO Productions)

Capté peu avant son décès, un court-métrage documentaire immortalise le message d’un ainé inuvialuit sur l’expérience des épidémies de son peuple.

Le documentaire Pandemic — At the end of the world (Pandémie — À la fin du monde) jette un regard sur les épidémies passées qui ont affecté le peuple inuvialuit et les leçons à en tirer dans le contexte de la pandémie de Covid-19.


Disponible gratuitement sur le site Internet de l’Office national du film, ce documentaire est coproduit par le réalisateur basé à Whitehorse, Allan Code. D’une durée de 13 minutes, il retrace l’histoire du peuple inuvialuit qui a été victime, à plusieurs reprises, d’épidémies comme la variole apportée par l’équipage de John Franklin au XIXe siècle, ainsi que l’épidémie de grippe arrivée en 1920 dans le delta du fleuve Mackenzie. L’histoire des Inuvialuits est donc marquée par des épisodes d’épidémie qui ont touché leur vécu et les récits transmis de génération en génération.


En 2015, Allan Code et son équipe étaient dans le delta du Mackenzie afin de filmer la faune pour une série de reportages intitulée Arctic Secrets (Secrets de l’Arctique). Pendant le tournage, l’historien originaire de Tuktoyaktuk, Randal Pokiak, emmène l’équipe sur le site d’une localité abandonnée après l’épidémie de grippe de 1918 appelée Kitigaaruk. M. Pokiak évoque alors, face à la caméra, le récit édifiant des effets de l’épidémie sur le village et comment la population s’est protégée des ravages de la maladie.


« Nous avons tourné en 2015 sans savoir qu’il y aurait une nouvelle fois une pandémie qui menacerait les gens dans le Nord et partout dans le monde, raconte M. Code. Et nous avons réalisé que l’histoire des pandémies était très importante et qu’il y avait quelque chose à faire en termes d’éloignement social, d’isolation et de quarantaine que les Inuivialuits ont mis en place depuis la nuit des temps. »


Lorsque la COVID-19 est arrivée au Canada, le réalisateur a cherché un moyen d’utiliser les images tournées en 2015. C’est par l’intermédiaire de la Société de communications inuvialuite basée à Inuvik que le projet de documentaire a pris forme.


« La COVID-19 nous a encouragés à chercher des partenariats avec des personnes sur le terrain et nous avons reçu de l’aide de la part de la Société de communications inuvialuite qui a dirigé et filmé une entrevue de M. Pokiak, au sujet de la nouvelle pandémie, au printemps dernier », explique le réalisateur.

Les conseils d’un ainé
Décédé le 7 aout 2020, M. Pokiak n’a cessé de répéter qu’il ne fallait pas prendre la maladie à la légère. Telle une tempête qui s’abat sur l’Arctique pendant plusieurs jours, la pandémie finira par disparaitre : « Lorsqu’il parle de tempête, M. Pokiak fait référence au blizzard qui est commun dans les régions arctiques. Le vent peut souffler pendant deux ou trois jours, chacun attend et après que la tempête est passée, le ciel se dégage, mais il faut toujours creuser et dégager la neige qui s’est accumulée. » Par cette image, l’historien espérait que les personnes de sa collectivité creusent dans les ressources et apprentissages du passé tels que l’ingéniosité et la force.


« Les témoignages de Randal sont remarquables dans sa description des impacts des épidémies, estime M. Code. Il pensait que les gens autour de lui étaient trop complaisants et ne réalisaient pas la gravité et la sévérité [de la situation]. Il conseillait les gens sur la façon de se distancer socialement et de se mettre en quarantaine pour protéger les gens de leur communauté contre l’infection, en particulier leurs ainés. »


Si pour M. Pokiak la seule solution, pour se protéger de la maladie, est l’isolement, son message insiste sur le rôle des personnes ainées qui, face à la pandémie, ont une responsabilité vis-à-vis des jeunes générations.
« Nous ne sommes pas étrangers à la COVID-19, explique-t-il dans le documentaire, il faut toujours écouter les ainés, car l’isolement est la meilleure chose à faire jusqu’à ce que ça passe. Il est très important d’apprendre du passé afin de ne pas refaire les mêmes erreurs. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561