Immigration : Botanique et vélo comme outils d’intégration

05 juillet 2018
Vélo et botanique étaient à l'honneur lors de cette ballade organisée par le CDÉTNO. (Crédit photo : Denis Lord)

Vélo et botanique étaient à l'honneur lors de cette ballade organisée par le CDÉTNO. (Crédit photo : Denis Lord)

Le CDÉTNO organise des activités pour les jeunes immigrants.
 

Le 29 juin dernier, une dizaine de jeunes nouvellement arrivés au Canada ont eu l’occasion de fraterniser, de faire du vélo et de découvrir la botanique ténoise grâce à une initiative du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO).
Ils viennent de Syrie, des Philippines, du Vietnam, de Somalie et de Chine et sont pour la plupart mineurs. Conformément aux critères du Programme des travailleurs et travailleuses d’établissement dans les écoles (TÉÉ, bien que le signe SWIS, de l’anglais, soit aussi employé), qui finançait l’activité, ils sont au Canada depuis moins de trois ans.
« Leur background est assez varié, souligne Annik Théberge, qui occupe au CDÉTNO le poste de travailleuse d’établissement dans les écoles. Certains parlent anglais mieux que moi, d’autres ne connaissent que les mots clés. Certains ont presque le statut de citoyens, d’autres celui de réfugiés, etc. ».
Mais le fait est que plusieurs d’entre eux doivent composer avec une nouvelle langue et une nouvelle culture. La sortie, grâce aux vélos prêtés par Borealis Fatbike et à Carol Norwegian, qui les introduit à l’usage autochtone des plantes, leur permet de se reconnaitre, eux qui viennent de trois commissions scolaires différentes. « Il n’y a personne qui peut mieux comprendre un nouvel arrivant mieux qu’un autre nouvel arrivant », résume Annik Théberge, qui croit que des amitiés peuvent se prolonger au-delà de ces rencontres.

À venir
L’agent de développement économique du CDÉTNO, Diego Toledo, les a accompagnés et leur a expliqué que lui aussi a eu deux pays « Je peux m’identifier à eux », dit-il.
M. Toledo avait un an quand il est arrivé avec ses parents au Canada, à l'époque du coup d’État du général Pinochet. Ses parents ont eu aussi à composer avec la difficulté de se trouver un travail dans un nouveau pays. « Je pense que c’est un soulagement de prendre cette charge à plusieurs, croit Diego Toledo. C’est plus léger. En tout cas, les jeunes étaient plus communicatifs et souriants à la fin qu’au début. »
Une autre activité est prévue, le 26 juillet, au centre de soins pour personnes âgées Aven Manor. « Il y aura un feu de camp comme le font les Dénés, explique Annik Théberge, on va faire frire du poisson et Carol Norwegian va montrer comment se servir des plantes des TNO. » Il y aura aussi de la banique et de la couture et, selon leur disponibilité, des ainés dénés pourraient témoigner de leur vie traditionnelle.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages