Aux jardins de la musique classique 35

La splendeur de la période baroque en Espagne éclot au début du siècle d’or espagnol, période débutant en 1492 avec la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colombe, l’expulsion des arabo-musulmans de la péninsule ibérique et la publication du premier précis de grammaire espagnole par Antonio de Nebrija. En Europe, cette époque est aussi ponctuée par les guerres de religion qu’engendrent la réforme protestante et la contreréforme. Ces mouvements idéologiques et sociaux sont à l’origine des ordres catholiques des Ursulines (fondé en Italie par Angela de Merci en 1535) et des Jésuites (fondé par Ignace de Loyola à Paris en 1534) qui ont pour principales missions l’évangélisation et l’éducation. 

C’est dans ce contexte que nait, en 1548 à Avila, la figure de proue du baroque espagnol, le compositeur Tomas Luis de Victoria. À 15 ans, Victoria déménage à Rome pour y poursuivre ses études dans le Collège germanique établi par des jésuites. Il deviendra lui-même professeur dans cette institution. C’est également là qu’il fait connaissance avec Giovanni Palestrina, important compositeur du baroque italien. De retour en Espagne, il compose plus de 200 œuvres religieuses (hymnes, magnificats, messes, motets, offices, passions et psaumes). Ses compositions polyphoniques sont caractérisées par l’emphase mise sur la mélodie guidée par des versets poétiques, ainsi que par l’usage d’un nombre restreint de voix pour permettre à la beauté sonore de manifester la richesse des versets. L’œuvre qui se démarque parmi ses compositions est l’Officium Defunctorum, composé pour les funérailles de l’impératrice Marie D’Autriche, qui prit sa retraite en Espagne. Cette œuvre était composée pour six voix.


Le siècle d’or espagnol est également marqué par le foisonnement de la scène littéraire. Miguel de Cervantès publie son chef-d’œuvre Don Quichotte entre 1605 et 1615. C’est à la même époque que paraissent les œuvres du prolixe Lope de Vega (plus de 400 œuvres !). Le travail de ce dramaturge, poète et compositeur musical précède de six décennies celui de Molière et de Shakespeare. De Vega collabore à l’opérette La selva sin amor dont il signe les paroles sur une musique de Philipe Picinine. Cette œuvre inspirera l’opéra La Purpura de la rosa composé par Juan de Hidalgo et ayant comme livret le poème lyrique de Calderon de la Barca portant sur l’histoire d’amour tragique entre Vénus et Adonis. Cet opéra fut le premier à être présenté dans les Amériques. Une production en sera faite en 1701, à Lima au Pérou.


L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h, les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.